Accéder au contenu principal

Le Moulin d'Eschviller en Moselle, un vrai site bucolique

Le moulin d’Eschviller, un site bucolique et un centre de techniques rurales,
métamorphosé en un magnifique site touristique



Le moulin avec la scierie à l'arrière plan

Le site  bucolique du Moulin d’Eschviller, niché dans un écrin de verdure, étonne chaque visiteur grâce au patrimoine naturel et historique qu’il peut y découvrir. Il raconte   l'histoire d'un territoire rural, de ses habitants et de la façon dont ils  exploitent encore les ressources naturelles de la terre. C’est un écart d’Eschviller, annexe de la commune de Volmunster en Moselle.

La richesse du site

- Le moulin à grains fait découvrir l’énergie renouvelable que le meunier utilisait pour moudre le grain afin d’obtenir la farine avant l’arrivée du courant électrique.
- La scierie  permet de découvrir des outils forestiers avant l’arrivée de la tronçonneuse, les scies à haut-fer, les outils du charron, du charpentier et du menuisier.
Le rucher raconte la vie et le rôle important de l’abeille qui pollinise les fleurs quand elle butine ainsi que le travail de l’apiculteur.
- Le sentier nature nous apprend à reconnaître les différentes essences d’arbres, les fleurs et le cycle de l’eau
Le site du moulin d'Eschviller propose également plusieurs facettes d'un patrimoine naturel et culturel du Bitcherland
  • Du moulin d’Eschviller part le sentier d’excellence sur lequel, le randonneur découvre la campagne ouverte sur le ban d’Ormersviller. Sur le circuit, il  rencontre  des stèles, des bornes frontières, la route royale, la chapelle Saint-Joseph, une table d’orientation, le village d’Ormersviller avec son église dotée d’oeuvres originales des artistes du Bitcherland, une mardelle, une belle source, une forêt, l’écluse, le bief…
  • l’accueil reçoit les visiteurs et les renseigne 
  • l’Auberge du moulin, avec sa terrasse, accueille les touristes

Le moulin d’Eschviller ou Eschwiller Miel est un des quatre  moulins de la commune de Volmunster  situés sur  de la Schwalb, une rivière de 26 km qui se jette dans la Horn. Il était en activité jusqu’en 1939.

Le moulin Arnet construit à la fin du 16 ème siècle est la propriété de la famille Arnet depuis 1902. Détruit durant la guerre, il a été reconstruit et a repris ses activités de meunerie le 1er janvier 1952. Il est un des quatre derniers moulins à grain en activité en Moselle. Depuis quelques années, il produit également des pâtes et tient un magasin de produits du terroir.

L’histoire du moulin d’Eschviller

L'acte de fondation du moulin date du 12 juillet 1731. Le Sieur Jean Daniel Frédéric de Zoller, seigneur d’Eschviller, prévôt, gruyer et chef de la police de la ville et du comté de Bitche a laissé en bail perpétuel à Sébastien Muller, meunier d’Altheim, un  terrain au lieu dit Krenck, ban d’Eschviller pour y construire un moulin et 16 jours de terre.
 En 1735, de Zoller installe un nouveau meunier Jean Holz avec lequel, il signe un bail de 9 ans. Ce bail est rompu par de Zoller qui vend le moulin  le 6 août 1737 à Jean Meyer, laboureur et son épouse Catherine Lang,  domiciliée à Eschviller. La vente a lieu pour 1 000 florins ou 2000 livres, payés comptant, à la condition expresse que Jean Meyer et ses successeurs  livrent annuellement et à perpétuité  24 maldres d’épeautre, un porc gras de 170 livres et 6 chapons. La première livraison se fera à la Saint-Martin. Pendant un siècle et demi, cette rente a été versée.
Le moulin  a eu plusieurs propriétaires. Le 15 mai 1820 Nicolas Peiffer l’a acheté, rénové entièrement.  Le moulin  tourne grâce à trois  roues à aubes planes. Elles ont  4,5m de diamètre et ont été installées entre 1892 et 1902.  Ses héritiers ont venu le moulin le 6 mars 1894 à Joseph Sprenz, propriétaire du château de Volmunster, pour 25 800 marks et en plus une rente de 6 400 marks. 

Modernisation du moulin

Le 26 octobre 1905, Joseph Sprenz vend le moulin à Georges Adam Finck, laboureur et aubergiste à Weyer (67)


En 1912, il remplace le blutoir par un plansichter et les trois roues à eau par une roue à aubes 


La roue à aubes Poncelet

courbes de 5 mètres de diamètre.  Elle a été inventée par Jean-Victor Poncelet, lors de sa captivité en Russie  du 18 novembre 1812 à 1814. N’ayant pas  de lectures, Poncelet  n’y a fait que des calculs. En 1824, Poncelet  a montré sa nouvelle roue hydraulique et aura le  prix Montyon de l'Académie des sciences. Cette nouvelle roue Poncelet a surtout été utilisée dans les usines.


Le moulin d'Eschviller à gauche avec sa ferme à droite (Photo DR)

Georges Adam Finck quitte le moulin en 1923 et  le vend aux frères  Alfred et Rodolphe Steinmannn, cultivateurs et meuniers de Dorst. Ils le revendent à Michel Barthel de la Schiffersmühle de Guiderkirch qui sera le dernier meunier. Il  rénove la roue mais les clients sont rares, car es autres moulins livrent à domicile.La roue servira à   concasser des grains pour les animaux et alimenter en électricité le moulin. En 1935, la ferme prend feu, alors qu’un bal est organisé à l’auberge du moulin. En 1938, il vend le moulin à Edmond Adam, revenu d’Amérique pour 55 000 francs. A son retour en 1946, il retrouve son moulin en ruines. Il le vend le 21 septembre 1960 à Gérard Sprunck d’Eschviller. Le nouveau propriétaire recouvre le grenier avec sa cave  ainsi qu’une partie du moulin qui servira d’étable. Fin 1974, ils mettent le moulin en vente. Un projet d’équarrissage est abandonné, suite à l’opposition de la population et de l’avis défavorable du comité d’hygiène départemental de mai 1975.  

Centre et des loisirs de techniques agricoles

En 1975, le Parc naturel régional des Vosges du Nord et la Chambre d’agriculture, présentent aux élus de la commune et du Syndicat Intercommunal à vocation multiple (SIVOM), présidé par Clément Faber, conseiller général une proposition de reconstruire le moulin et d’en faire un Centre de techniques agricoles et des loisirs (CETA).
Le dossier est approuvé par le conseil municipal  de Volmunster  et par les membres du SIVOM  qui sera le maître d’ouvrage du CETA

Le contrat de pays

- Le 22 mai 1976, le Moulin d’Eschviller est acheté par la commune de Volmunster pour 250 000 Francs à Gérard Sprunck d’Eschviller. 
- Le 29 mai 1976 le comité du  SIVOM  donne son accord pour devenir le maître d’ouvrage et réaliser le centre de techniques agricoles et de loisirs pour 4 500 000 F. 
- Le 16 octobre1976, il est décidé que la construction du CETA  sera réalisée dans le cadre du contrat de pays 
- Le 24 septembre 1977 est créé le Syndicat des SIVOM du Pays de Bitche pour pouvoir participer au contrat du pays.
- Le 12 juillet 1978, la construction du CETA  est confié à la Direction départementale de l’agriculture  (DDA) pour la surveillance des travaux et à Roger Jost,  Architecte à Triembach-au-Val (67)  comme maître d’oeuvre.
- Le 23 septembre 1978, la première tranche d’un montant de 1 223 817 francs a été adjugée
- Le 12 décembre 1980 les 2ème et 3 ème tranches ont été adjugées pour 1 212 778,51 francs.
- En 1977, le projet du moulin est définitivement approuvé. 

Pose de la première pierre

  • Le 7 juillet 1979, la première pierre est posée par Jean Brenas, préfet de la Moselle et de la région Lorraine
  • Le 1 er juillet 1983, Gérard Hoffmann ouvre le restaurant, 
-  Le 29 octobre 1983, le barrage sur la Schwalb est terminé, on peut à nouveau fermer les vannes, et la roue à aubes tourne à nouveau

Un moulin du 18ème siècle


Le blutoir et le moulin à grains avec ses deux meules

Il ne manquait  plus que le moulin à grains.  C’est le Parc naturel qui a trouvé un moulin à vendre à Merzig en Sarre avec un blutoir  et un élévateur à godets.  Les roues avec des engrenages en bois, ont été achetées dans un moulin à Diebling. On y expose également les anciens outils du meunier, du paysan, du boulanger…
- Le 16 mai 1987, le musée du Moulin est inauguré par  l’ancien directeur du Moulin de Woippy, Jean-Marie Rausch, ministre du commerce extérieur et maire de Metz. 

Gestion écologique de la vallée

Suite aux inondations  du 15 octobre 1981 où 87 mm d’eau sont tombées en 24 h sur le bassin versant de la Schwalb Weiskirch et Volmunster étaient inondés, car  le lit supérieur  du ruisseau, non entretenu, était recouvert  d’une végétation luxuriante et freinait l’écoulement de l’eau. La commune signe une convention le 18 juin 1987 avec le Parc Naturel régional des Vosges du Nord. La commune  de Volmunster, achète toutes les parcelles et fait nettoyer  la  vallée, réalise un enclos et en 1992, le Parc met à la disposition de 


Les Highlands Cattle. et leurs veaux

la commune une quinzaine de Highlands Cattle. Que les agents communaux surveillent. Depuis l’entretien  du lit de al Schwalb et la gestion écologique de la vallée, les crues n’ont plus inondée les villages ni les moulins.

Sentier nature


Un guide, amis du moulin, donne des explications au sentier nature

Un sentier nature a été aménagé autour du Moulin par Hervé Pérez, ingénieur du génie rural.  Avec la collaboration de Fernand Kanzler, chargé de mission à la Chambre d’agriculture. Le Parc naturel et régional des Vosges de Nord y a installé des panneaux pédagogiques. Il est très riche en plantes sauvages et en essences d’arbres. De plus, on découvre une belle source, le barrage et le bief du moulin. Les Amis du moulin organisent des visites commentées du sentier.

Les Amis du Moulin d’Eschviller

En 1987, le moulin est donc devenu un site touristique rendant hommage aux métiers d'antan. Les visiteurs peuvent   découvrir 
  • l’histoire de la fabrication de la farine,  
  • voir tourner la roue à aubes courbes de Poncelet, et connaître la vie des meuniers et des paysans,
Le président des Amis du Moulin  expliquant le fonctionnement du moulin à grains
  • découvrir leur métier à travers tout un ensemble d’outils, de machines, retraçant l’évolution technique de la moisson et du meulage. 
  • Des démonstrations sont faites au cours des visites

L’association des Amis du Moulin

Pour animer le Moulin, l’association des Amis du Moulin d’Eschviller a été créée le 7 juillet 1987. Elle a pour but d’animer les visites du moulin à grains, de  la scierie et du sentier nature et patrimoine, à participer éventuellement à la mise en place de matériel destiné à être exposé, à animer le site du moulin d’Eschviller par des animations et des manifestations. Ils organisent le deuxième dimanche de juillet la fête des saveurs et de la moisson à l’ancienne et le deuxième  dimanche d’octobre la fête de la pomme. Ces deux manifestations sont accompagnées, d’un grand marché de produits du terroir.

Les ateliers pédagogiques

En 1992 le Cercle pédagogique de Volmunster, présidé par Joseph Antoine Sprunck, guide au moulin,  en collaboration avec  les Amis du Moulin lance les ateliers pédagogiques et le sentier nature et patrimoine. Comme c’est une première pour la Moselle, l’Inspection académique alloue pendant 3 ans 10 000 F pour les frais de fonctionnement de ces ateliers. Chaque jour, 30 animateurs ont animé neuf ateliers nature pendant entre cinq et sept jours. Pour animer ces ateliers, le cercle pédagogique 

Les ateliers farine


Un pâtissier retraité aidant  à l'atelier Bredle (biscuit de Noël)

Un guide, ami du moulin  animant l'atelier Bredle
Cette activité a été  lancée en 2006 à l’initiative de Delphine, animatrice du Parc Naturel Régional des Vosges du Nord du Nord, dont le père a pris sa retraite de pâtissier à Reichshoffen à l’intention des élèves des écoles élémentaires et maternelles. Ils ont profitent pour découvrir le fonctionnement du Moulin à grains et de la faune du Bitcherland. Aux ateliers farine, les enfant travaillent la pâte de pain, de la brioche et des Bredle.

La scierie

Comme, le Bitcherland est formé de  deux régions distinctes:
  • le pays couvert avec ses forêts
  • le pays ouvert avec ses prés et ses cultures de céréales
Un guide, ami du moulin,  expliquant le fonctionnement de la scie à haut-fer
La forêt du Bitcherland qui occupe 70% de la surface de la région comprend un tiers de chênes, un tiers de hêtres et un tiers d’essences diverses comme des merisiers, des bouleaux, des épicéas, des Douglas, etc. C’est l’habitat idéal pour la faune à poils et à plumes (140 espèces d’oiseaux) et la flore (600 variétés de plantes). Le chêne de Hanau est le meilleur chêne de France d’après  les agents de l’ONF. Il y a un siècle, il y avait soixante scieries au Bitcherland, il n’en reste plus que six. Il était opportun de créer un musée des différentes scies à haut-fer et manuelles. La scie à haut-fer la plus ancienne date de 1773.
Elle a été inaugurée le 3 mai 2003 par le sous-préfet Jean-Claude  Bucourt et le président du conseil général  Philippe Leroy.

Le verger de démonstration


Le président des arboriculteurs avec  un groupe d'enfants au verger de démonstration

Dans les années 1990, M. Boulanger, directeur du Centre Départemental d’Expérimentation Fruitière de Laquenexy a proposé de créer un verger de démonstration au Moulin d’Esc afin d’inciter les habitants de la région à créer leur verger familial. Il est actuellement entretenu par le Syndicat des arboriculteurs du Moulin d’Eschviller. Y sont plantées des haies fruitières et des arbres fruitiers. Les arboriculteurs proposent des ateliers découverte pour les scolaires autour du thème de la pomme  et leur apprennent à faire de la compote de pommes et du jus de pommes, mais aussi présentation de la plantation et de la taille.  Le syndicat organise des stages et des séances de taille et de greffage.
Le syndicat organise le dimanche après le 8 mai  un marché aux fleurs sur le site du Moulin. Il est également spécialisé à cuire su Schlaeggel de mirabelles et de quetsches.

Le rucher pédagogique

Avec l'ouverture de la visite du rucher pédagogique en mai 2011, le site Moulin d'Eschviller s'enrichit d'une structure très intéressante qui nous dévoile le rôle important de l'abeille dans la biodiversité. C'est un complément incontournable pour le site avec son moulin à grains, son musée de la scierie, son verger de démonstration et son sentier nature et patrimoine.  Le site du moulin d'Eschviller est très instructif pour les jeunes et les adultes, c’est un véritable  site de formation. 


Les enfants visitant les ruches

Les explications données par apiculteurs permettent aux visiteurs de mieux comprendre tous les tableaux pédagogiques qui expliquent la vie de l’abeille et le matériel utilisé par l’apiculteur. Avec l’installation de plusieurs ruches  près de l’entrée du verger, les apiculteurs les ouvrent    pour expliquer aux élèves, protégées avec leur combinaisons blanches, leur fonctionnement. Plus de 50 % des adhérents, issus de   toute la région sont passés par une formation au rucher école du moulin d’Eschviller ce qui est un élément plaidant pour la poursuite et l’amplification de ces stages de formation. Avec 26 % de moins de 40 ans et 25 % de femmes, le syndicat rajeunit   se féminise.

www.moulindeschviller.fr


Joseph Antoine Sprunck

Sources:
- Le moulin d'Eschviller de Antoine Schleininger
- Les moulins du Pays de Bitche de Joël Beck
- Documents des Amis du Moulin d'Eschviller
- Photos de la Famille Fink et de Joseph Antoine Sprunck

Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’estl’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland
Quand Antoine, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche, est mobilisé le 23 août 1939 au 23 èmeSIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans. 



Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.Il ne retournera avec sa famillehabiterdans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, iln’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite.

Antoine avec ses deux chevaux et René monte un cheval La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq enfants, Yvonne 14 ans, René 13 ans, Marie-Thérèse 10 ans, Valérie 7 ans et Joseph 6 mois. A 43 ans et père de cinq enfants, il ne devrait normalement plus être mobilisé. Antoine va réclame…

Des Lorrains ont participé à un pèlerinage en Géorgie

Pendant huit jours, une trentaine de pèlerins lorrains ont participéà un pèlerinage en Géorgie. Il était initié et dirigé par l’abbé François Riehl. Ce fut l’occasion de découvrir ce pays occupé par les Soviétiques de 1921 à 1991.

Katia, la guide, nous accueille le samedi matin pour la visite de la capitale


Place Saint Georges



De  nombreux espaces verts avec des statues en bronze. Dans les églises,  il n'y a que des icônes, mais en ville on rencontre beaucoup de personnages en bronze.




 Il est midi, des marionnettes sortent de la tour




 Tbilissi est arrosé par la Koura


 Les bains turcs


Le bâtiment de la sécurité


Sur  un mont dominant la capitale se dresse les relais des communications. On y accède en funiculaire et on peut  prendre un repas dans le restaurant contigu.

Les tribulations de Hans Schmidt, prisonnier des Russes.

Hans Schmidt, 92 ans, habite actuellement à Brenschelbach (Sarre) un village limitrophe d’Ormersviller en Moselle. A 17 ans il a dû intégrer la Reichsarbeitsdienst, puis il a été mobilisé. Après les classes, il a été envoyé en Prusse orientale.Son unité a été attaquée par les Russes. Fait prisonnier, il devra travailler durant trois ans dans une mine de charbon en Ukraine du 17 avril 1945 au 29 avril 1948.
Reichsarbeitsdienst

Hans Schmidt lors de notre entretien

Hans Schmidt est né le le 20 juillet 1926 à Beckwiller (Sarre). Son père a été commerçant et a tenu une épicerie à Brenschelbach. Hans y a fréquenté l’école communale, puis a fait des études de droguiste à Zweibrücken puis à Homburg. Elles seront interrompues le 15 décembre 1943 par l’envoi au Reichsarbeitsdienst (RAD Service du travail du Reich) à Lebach (Sarre)

Hans Schmidt militaire

La RAD est une organisation de l'appareil du pouvoir national-socialiste du Troisième Reichdes années 1933 à 1945. À partir de juin 1935 chaque …