Accéder au contenu principal

Qui est-il ?


Joseph Antoine Sprunck, né en 1939 à Bitche (Moselle), a vécu à Ormersviller,  situé sur les confins du Bitcherland, directement sur la frontière sarroise. Son père Antoine a été exploitant agricole et sa mère Agathe, mère au foyer, mais très active dans l’exploitation. Il est le benjamin d’une fratrie de  trois soeurs et d’un frère. De son union avec Monique Schaff sont nés  trois enfants. De son travail à la ferme, comme enfant,  étudiant et jusqu’au décès de son père en 1976, il aura le sens du travail dur et laborieux. Travailler la terre et soigner les animaux équilibrent l’esprit, c’est pourquoi, il aime  encore travailler dans son potager et son verger. 


Il a été surtout marqué par la fin de la guerre 1944/1945, le racisme au CP à Dieuze et  la guerre d’Algérie. Au collège de Bitche, il a été impressionné par un internat austère et l’ouverture d’esprit de son supérieur Paul Joseph Schmitt, qui est devenu évêque de Metz.  Ses véritables passions sont l’Histoire de France, de la Lorraine et surtout du Bitcherland, l’enseignement, la rencontre des autres, la soif de connaître, la nature, les hommes et leur histoire.  Que fallait-il de plus pour réaliser des reportages télévisés ou journalistiques?

Son enfance

Sa prime enfance est particulièrement troublée par les pérégrinations de sa famille de 1939 à 1946.  Alors que son père est mobilisé à Dieuze fin août 1939, le 1er septembre 1939,  la famille est évacuée à Brie (Charente) alors que deux soeurs sont en vacances en Alsace. Ce n’est  que le 17 septembre qu’on leur attribue une seule chambre, pourvue d’une cheminée avec un chaudron. Le 9 septembre 1940, la famille revient à Ormersviller, mais elle est expropriée et expulsée le 29 novembre 1940 dans le Saulnois par les Allemands. Le 30 septembre 1944, la famille est évacuée à Nancy par les Américains. En y fréquentant l’école maternelle,  il y a appris le français, alors que sa langue maternelle est le francique rhénan. Le 15 mars 1945, la famille a déménagé à Dieuze où il a fait son cours préparatoire.  

Retour au Bitcherland

Le 1er avril 1946, la famille est revenue à Ormersviller où elle est logée dans une baraque sans eau courante, ni toilettes. ni courant électrique. L’électricité n’a été branchée qu’en décembre 1946.
A l’école communale,  les livres étaient très rares, car tout a été brûlé durant la guerre. Après ses études secondaires au Collège épiscopal Saint-Augustin de Bitche où il a passé le baccalauréat, il est entré en 1958  à  l’Ecole normale d’instituteurs de Montigny-lès-Metz par concours. Après la réussite du Certificat de fin d'études normales, il est nommé chargé d’école de 1959 à 1961 à Weiskirch, et après son service militaire au 15/1 en Algérie, il est nommé le 1er mars 1963 à l’école de garçons de Volmunster. Très vite, il a fait  géminer les deux écoles de garçons et de filles et  en 1975, il a demandé le  regroupement pédagogique pour les enfants  des trois écoles de la commune. En 1965, il a commencé à développer le sport dans les écoles du canton et devient responsable de circonscription de l’Union sportive de l'école primaire (USEP).  Il a introduit en 1972, l’enseignement de l’allemand au cours moyen et a pris sa retraite en 1995. En tant que  président du Cercle pédagogique de Volmunster, il a lancé au niveau du canton les festivals scolaires, les concours de dictée et la semaine  nature au Moulin d’Eschviller. Il est titulaire de la médaille d’argent de l’éducation nationale et de la jeunesse et sport et du monde associatif et officier des Palmes académiques.

Vie associative

Très impliqué dans la vie associative, il a aidé à créer:
  • le Foyer de jeunes où il  a animé de nombreuses activités: théâtre, randonnées, jeux de société, camps de vacances. 
  • l’Amicale des enseignants de la circonscription de Sarreguemines où il a organisé des randonnées
  • l’Association des Amis du moulin d’Eschviller où il a été guide pour les musées et le sentier nature et patrimoine.  Il a été  à l’initiative de la fête des saveurs et de la moisson avec son marché paysan
  • l’Intersociété de Volmunster où il a rempli les fonctions de secrétaire   
  • Il est membre de l’Union nationale des Combattants (UNC), de la section de Bitche  de la Société d’histoire et d’archéologie de Lorraine,  de Confluence, de l’association de l’Âge d’or, de l’Amicale des secrétaires de mairie, des anciens du 15/1 et de 'école normale.
  • Il a été trésorier de l’Office de tourisme du Pays de Bitche durant 13 ans.

Secrétaire territorial

De 1972 à 1995, il a été secrétaire du Syndicat intercommunal à vocation multiple (SIVOM), puis du District de Volmunster et de 1973 à 2001, il a assuré le secrétariat de la mairie de Volmunster. De 2001 à 2015, il a rempli les fonctions de commissaire-enquêteur pour les enquêtes publiques pour le Tribunal administratif de Strasbourg.

Correspondant de presse

En 1967, il a accepté d’être correspondant de presse du Républicain Lorraine et en 1993 de l’Ami hebdo Lorraine. Il alimente régulièrement son blog Volmunster Info. Il a réalisé des reportages   en français et en francique durant 15 ans à TV Cristal. Il  publie  des reportages historiques dans l’Almanach Saint-Joseph et le bulletin de la Société d'histoire et d'archéologie de Lorraine (SHAL)  de la section de Bitche.



Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’estl’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland
Quand Antoine, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche, est mobilisé le 23 août 1939 au 23 èmeSIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans. 



Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.Il ne retournera avec sa famillehabiterdans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, iln’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite.

Antoine avec ses deux chevaux et René monte un cheval La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq enfants, Yvonne 14 ans, René 13 ans, Marie-Thérèse 10 ans, Valérie 7 ans et Joseph 6 mois. A 43 ans et père de cinq enfants, il ne devrait normalement plus être mobilisé. Antoine va réclame…

La riche histoire d'Eschviller contée par Auguste Lauer

Auguste Lauer, membre fondateur de la Société d’histoire et d’archéologie de la section de Bitche, a enseigné en 1936 à Eschviller. Très intéressé par l’histoire locale, il a mené comme son collègue Paul Glad à Bousseviller, des recherches historiques sur Eschviller. Avant guerre, Auguste Lauer et son épouse, née Anne Schwartz, enseignaient dans les deux classes à Eschviller, annexe de Volmunster. Nous avons retrouvé un texte écrit en allemand très intéressant qui est une synthèse de nombreux documents connus en 1936. Il nous apprend mieux ce que les habitants d’Eschviller et de la région ont dû subir sous le joug des seigneurs, à cause des guerres et des invasions. Nous l’avons traduit en français pour vous faciliter la lecture. Les textes en italique ont été rajoutés par le traducteur pour une meilleure compréhension.

L’histoire d’Eschviller
et de sa région proche


1. L’âge de pierre
Pour l’instant nous ne connaissons pas grand chose sur notre région pour l…

Des Lorrains ont participé à un pèlerinage en Géorgie

Pendant huit jours, une trentaine de pèlerins lorrains ont participéà un pèlerinage en Géorgie. Il était initié et dirigé par l’abbé François Riehl. Ce fut l’occasion de découvrir ce pays occupé par les Soviétiques de 1921 à 1991.

Katia, la guide, nous accueille le samedi matin pour la visite de la capitale


Place Saint Georges



De  nombreux espaces verts avec des statues en bronze. Dans les églises,  il n'y a que des icônes, mais en ville on rencontre beaucoup de personnages en bronze.




 Il est midi, des marionnettes sortent de la tour




 Tbilissi est arrosé par la Koura


 Les bains turcs


Le bâtiment de la sécurité


Sur  un mont dominant la capitale se dresse les relais des communications. On y accède en funiculaire et on peut  prendre un repas dans le restaurant contigu.