Accéder au contenu principal

Articles

Franck Meyer a retrouvé le moulin de ses ancêtres

Le jeudi 29 août 2019, Franck Meyer, descendant direct du meunier du Moulin d’Eschviller Jean Meyer est venu visiter le moulin de son ancêtre.
Franck Meyer à droite de Joseph Sprunck, devant le moulin d'Eschviller
Jean Meyer, laboureurdemeurant à Eschviller auquelle Sieur Jean Daniel Frédéric de Zoller, seigneur d’Eschviller et de Rolbing a vendu le moulin d’Eschviller le 6 août 1737. Jean Meyer est un laboureur aisé, propriétaire d’une grande ferme à Eschviller et propriétaire dela moitié du moulin de Breidenbach et copropriétaire du moulin de Loutzviller. Il est père de 9 enfants. Il sera meunier à Eschviller jusqu’en 1756, date du mariage de sa fille Catherine avec Jean Adam Lang.


Photo DR Le moulin d'Eschviller vers 1920, à gauche moulin, l'habitation avec l'auberge, à droite les bâtiments agricoles. Il a été détruit lors de la guerre 1939/1945.
Le retour aux sources
C’est en réalisant son arbre généalogique que Didier Hemmert archivisteaux archives municipales de Sarregu…
Articles récents

Des Lorrains ont participé à un pèlerinage en Géorgie

Pendant huit jours, une trentaine de pèlerins lorrains ont participéà un pèlerinage en Géorgie. Il était initié et dirigé par l’abbé François Riehl. Ce fut l’occasion de découvrir ce pays occupé par les Soviétiques de 1921 à 1991.

Katia, la guide, nous accueille le samedi matin pour la visite de la capitale


Place Saint Georges



De  nombreux espaces verts avec des statues en bronze. Dans les églises,  il n'y a que des icônes, mais en ville on rencontre beaucoup de personnages en bronze.




 Il est midi, des marionnettes sortent de la tour




 Tbilissi est arrosé par la Koura


 Les bains turcs


Le bâtiment de la sécurité


Sur  un mont dominant la capitale se dresse les relais des communications. On y accède en funiculaire et on peut  prendre un repas dans le restaurant contigu.

Le calvaire d'une jeune fille déportée de Soucht à Rawensbruck

Pour avoir un témoignage vivant d’une déportée, nous avons rencontré Mme Marie-Justine  Fogel, née Jonas, originaire de Soucht, actuellement domiciliée à Bitche. Elle a été déportée à Rawensbruck avec sa sœur Anne et sa mère pour avoir caché ses frères qui ont déserté l’armée allemande. En tout, huit membres de sa famille ont  été déportés pour les mêmes causes: ne pas renier sa nationalité française, malgré l’occupation nazie de 1940 à 1945 de la Moselle. Les croquis clandestins que nous publions proviennent du livre “Rawensbruck, 150 000 femmes en enfer” de France Audoul, qui les a réalisés en cachette lors de sa déportation.
 “Ces témoignages sont une grande leçon du passé qui incitera tout un chacun à tout faire pour chasser le spectre de la guerre et attirer près d’eux l’Ange de la paix” Générale Paule Ely, déportée.



Germanisation et nazification
Les Alsaciens et les Mosellans, français à l’origine,  ont changé en un siècle plusieurs fois de nationalité malgré eux. Le 10  mai 1871, …