Accéder au contenu principal

La filière d’évasion Maas de Meisenthal




Antoine Maas, maire de Meisenthal et de Soucht, directeur de la verrerie, avec  toute sa famille et beaucoup d’habitants des deux villages entrent en résistance durant l’annexion de fait de 1940 à 1945. Il réussit à faire passer près de 800 personnes vers la frontière française durant ces années noires en Moselle. 

Antoine ne sera pas verrier

Antoine Maas, né le 29 août 1894 à Meisenthal,  est fils de verrier  et vit dans une fratrie de six enfants. Il aurait dû devenir verrier, hélas, il est gaucher. Comme il est très intelligent, le curé de la paroisse réussit à le placer au bureau de la verrerie, dont le directeur lui apprendra à  tenir la comptabilité. Sa tante est gouvernante chez un curé à Villemaur-sur-Vanne dans l’Aube. Son père le place en 1909 chez sa tante pendant deux ans. Pendant cette période, le prêtre sera son précepteur et lui apprendra le français. La guerre est déclarée  le 4 août 1914 et  Antoine sera mobilisé dans l’armée allemande durant toute la guerre et combattra sur le front russe. En 1921, il se marie  avec Marie Stenger de Goetzenbruck. Elle est également fille de verrier. De cette union naîtront deux filles: Marie-Antoinette et Jacqueline.

Création d’un atelier de thermomètres

Antoine Maas s’occupe d’un magasin de verreries à Ingwiller jusqu’en 1936. C'est un homme entreprenant, un battant. Tout en s’occupant de son magasin, il fonde à Bouxwiller un atelier de fabrication de thermomètres avec deux camarades d’origine allemande. Il a fait leur connaissance durant la guerre. Il a choisi cette commune car  l’atelier pouvait se brancher sur le gaz de ville. Toutes les semaines, avec une valise pleine de thermomètres, Antoine se rendait à Paris  aux Arts et métiers pour faire vérifier la conformité  des thermomètres. 

Retour à Meisenthal

En 1936, il retourne à Meisenthal pour succéder à l’ancien directeur de l’usine qui employait 400 ouvriers. Pendant la guerre, il  fera  fabriquer les thermomètres à Meisenthal, et  achètera le gaz en bouteilles.  En 1939, il est mobilisé, mais après deux mois, il sera libéré. L’usine est occupée par les troupes françaises, sa fille Jacqueline est en pension à Gérardmer, mais elle revient à la maison en mars1940. 


Marie-Antoinette Maas et  Jacqueline Philippon, née Maas lors de notre entretien.

— Je ne ne voulais pas aller dans une école allemande. Je prenais des leçons de latin et de français chez le curé du village jusqu’en 1943. Comme la guerre ne se terminait pas, mes parents m’ont demandé de m’inscrire au lycée de Bouxwiller, où je suivais alors des cours d’anglais. Après la guerre, j’ai passé avec succès le baccalauréat de transition, nous raconte Jacqueline. 


Directeur d’usine et passeur

Marie-Antoinette Maas et  Jacqueline Philippon, née Maas  se souviennent encore très bien  de cette période de guerre. Elles sont aussi discrètes que leur père Antoine. Leur histoire est connue par ceux qu’ils ont aidés et les habitants du village, et pourtant faire passer 800  déserteurs, réfractaires du régime nazi, prisonniers français, n’était pas une chose facile à cette époque. 
Mais  Antoine Mass, maîtrisant très bien la langue des occupants,  a su grâce à sa diplomatie, à ne pas offenser les Allemands, tout en les bernant. Il les soudoyait avec des victuailles et d’autres produits. Il a même réussi à soudoyer un membre de la Gestapo, qui avait besoin de thermomètres pour son magasin familial. Grâce à lui, il était renseigné sur les visites nocturnes de la Gestapo. Mais le danger était grand.
-  Nous connaissions l’existence des camps de concentration, mais nous ne savions pas ce qui s’y passait en réalité,  confirme  Jacqueline.

Français de coeur


Le général De Gaulle remet la légion d'honneur à Antoine Maas

 - Notre père était sous l’occupation maire de Meisenthal et de Soucht, et il a aidé  les familles  cachant des insoumis ou des déserteurs de l’armée allemande dans la mesure de ses possibilités. Il était officiellement  maire  allemand, mais il était français de coeur. Il a réussi à nous transmettre ce patriotisme efficace, mais discret. Grâce aux activités de son usine, il demandait aux Allemands l’autorisation de garder de jeunes Mosellans mobilisables, prétextant qu’ils étaient indispensables au fonctionnement de l’usine,  précise  Marie-Antoinette Maas.


Jacqueline Maas est décorée de la médaille de la résistance

- C’est un de nos verriers qui m’a emmené dans la forêt pour prendre contact avec des prisonniers de guerres français, qui se sont évadés des Stalags. Je chantais en français des chansons connues comme “Auprès de ma blonde” et tout à coup ils sortaient de leur cachette. Les premiers, je les faisais évader par Volksberg alors que je n’avais que 15 ans, plus tard je les emmenais en train à Sarrebourg. Là,  je les conduisais à l’église où un prêtre, que je n’avais jamais vu, les prenait en charge.” nous confie Jacqueline Philipon.

Changer les habits des prisonniers évadés

Alors que Marie-Antoinette travaillait à l’usine, sa sœur Jacqueline s’occupait des prisonniers.
-  A tous ces prisonniers, il fallait donner de nouveaux habits, tout le village y participait. Mon père a même acheté tout un lot d’habits dans un magasin afin d’y pourvoir, car nous avions des difficultés d’en trouver. Ma sœur a même donné le manteau de mon père. Les prisonniers venaient avec un billet avec notre adresse dans la poche, ce qui était très dangereux. Puis nous les cachions pendant plusieurs jours dans la cave de l’usine au milieu de stocks de cartons. Ma mère   préparait le manger pour eux. Nous avons dû tuer de nombreuses bêtes sans autorisation afin de nourrir tout ce monde” explique Marie-Antoinette. 

Alignés devant le mur de l’usine

Mais en 1944, cela se gâta un peu. Les Allemands avaient des soupçons, et un beau jour, à Rohrbach-lès-Bitche, on tire sur leur voiture. Marie-Antoinette est blessée à  la tête et devra être hospitalisée, alors que c’est le père qui était visé. On l’apprendra plus tard. 
Un beau jour,  la famille Maas est trahie par un faux prisonnier belge. Un matin, le 4 décembre 1944 vers 7 h, la Gestapo frappe à la porte. Jacqueline cache vite le drapeau français sur l’armoire. Toute la famille sera alignée devant le mur de l’usine.
Les SS nous ont  demandé: 
- Combien de prisonniers avez-vous fait évader?
- Aucun, répondions nous tous.
- Quand les Américains positionnés sur le Breitenstein  se mirent à tirer sur le village, les nazis ont décidé de fuir, sans nous emmener. Nous avions eu chaud. C’est seulement ce matin là que j’ai réalisé  que ce que nous faisions était dangereux. La même journée les Américains, bien informés, sont entrés au village en demandant à rencontrer un certain Antoine Mass. Ma sœur et moi, qui parlions anglais étions les interprètes, indique Jacqueline.

Les Fléchards

A nouveau, Antoine Mass, réussit un tour de force avec les Américains qui n’emmenèrent pas les jeunes Mosellans’’ déserteurs de l’armée allemande à la Flèche en Sarthe. C’est ce qu’ils firent dans les autres villages. Beaucoup de Malgré-Nous mosellans, de retour du Front russe  se  sont cachés lors d’une permission.  Ils ont eu la mauvaise surprise de devenir prisonniers des Américains entre le 1er et le 17 décembre 1944.   «Le gradé américain leur disait. : "Si vous avez accepté d’être incorporé, vous n’aviez  pas le droit de déserter!» Ils ne sont sortis  du camp de la Flèche en Sarthe que le 15 mai et ne seront libérés que le 25 mai 1945. Alors que la Moselle presque totalement libérée pavoisait de toute part, les malgré-nous  évadés furent embarqués avec des prisonniers allemands. Ce qui leur valut de recevoir, dans les camions, des menaces de mort de la part des vert-de-gris, puis des cailloux tricolores dans les rues de Nancy. Après une nuit de train, 225 arrivèrent au camp de Thorée-les-Pins,  à la Flèche, dans la Sarthe, où ils restèrent cinq mois. Ils ont été mêlés aux Allemands, commandés et menés par eux. D’où le nom de “Fléchards” qu’ils se sont donnés depuis. Les nombreux malgré-nous de Meisenthal-Soucht qui avaient déserté l’armée allemande ont eu ainsi beaucoup de chance.
- Quand nous avons appris ce que les Fléchards ont subi durant leur captivité à La Flèche, nous avons seulement apprécié le service qu’Antoine Maas nous a rendu. C’était un homme formidable, a rapporté Jules Klein réfugié à Meisenthal durant la guerre.

Légion d’honneur

Antoine Mass est resté maire jusqu’aux élections de 1947. Pour rendre hommage à cette  famille méritante, des décorations  ont attribuées à  tous ses membres  A Metz, il fut décoré de la Légion d’honneur par le Général de Gaulle, En 1951 sa fille Jacqueline fut décorée de la médaille de la résistance alors qu’elle n’avait que 25 ans. Toute la famille est titulaire de l’American Legion.



 - Nous  avons gardé des contacts avec beaucoup de ceux que nous avons aidés, conclut Jacqueline.

Joseph Antoine Sprunck  

Crédit photos: Famille Maas et Joseph Antoine Sprunck



Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’estl’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland
Quand Antoine, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche, est mobilisé le 23 août 1939 au 23 èmeSIM à Dieuze, il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans. Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.Il ne reviendra avec sa famillehabiterdans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, iln’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite.

Antoine avec ses deux chevaux et René monte un cheval La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq enfants, Yvonne 14 ans, René 13 ans, Marie-Thérèse 10 ans, Valérie 7 ans et Joseph 6 mois. A 43 ans et père de cinq enfants, il ne devrait normalement plus être mobilisé. Antoine va réclamer au bureau des effectifs. Le lieute…

Les tribulations de Hans Schmidt, prisonnier des Russes.

Hans Schmidt, 92 ans, habite actuellement à Brenschelbach (Sarre) un village limitrophe d’Ormersviller en Moselle. A 17 ans il a dû intégrer la Reichsarbeitsdienst, puis il a été mobilisé. Après les classes, il a été envoyé en Prusse orientale.Son unité a été attaquée par les Russes. Fait prisonnier, il devra travailler durant trois ans dans une mine de charbon en Ukraine du 17 avril 1945 au 29 avril 1948.
Reichsarbeitsdienst

Hans Schmidt lors de notre entretien

Hans Schmidt est né le le 20 juillet 1926 à Beckwiller (Sarre). Son père a été commerçant et a tenu une épicerie à Brenschelbach. Hans y a fréquenté l’école communale, puis a fait des études de droguiste à Zweibrücken puis à Homburg. Elles seront interrompues le 15 décembre 1943 par l’envoi au Reichsarbeitsdienst (RAD Service du travail du Reich) à Lebach (Sarre)

Hans Schmidt militaire

La RAD est une organisation de l'appareil du pouvoir national-socialiste du Troisième Reichdes années 1933 à 1945. À partir de juin 1935 chaque …

Triste réouverture de l’école de Volmunster en 1946

Le 13 juillet 1939, Georges Perrin, instituteur de l’école de garçons a souhaité « Bonnes vacances » à ses élèves, dont certains ne se retrouveront sur les bancs de l’école de Volmunster que le 16 janvier 1946. Que s’est-il passé durant tout ce temps? Pour élucider ces très longues vacances, noussommes allés interroger
André Schutz, instituteur à Volmunster de 1946 à 1961.
André Schutz (1), conseiller Pédagogique à la retraite, qui a ouvert l’école de Volmunster le lundi 16 janvier 1946, exactement 10 mois après la libération de la Commune par les Américains. Il faut se rappeler que Volmunster était inhabité depuis le 1er septembre 1939, date à laquelle la population a été évacuée en Charente. Puis ceux qui sont revenus en septembre 1940 ont été expulsés dans le Saulnois et la Pays messin par l’administration militaire qui a agrandi le camp militaire de Bitche et expulsant les habitants de treize communesdu canton de Volmunster et cinq de celui de Bitche. C’étaient les migrants de la deux…