Accéder au contenu principal

Les Américains emprisonnent les jeunes "malgré-nous" réfractaires



Quand les Américains ont libéré la Moselle, certains    jeunes gens évadés de l’Armée allemande  doivent se présenter à eux. Joseph François Gross de Rohrbach-lès-Bitche en faisait partie. Il nous relate   leur   humiliation dans le livre «Les Fléchards, Malgré-Nous et évadés» grâce à de nombreux témoignages. 

Beaucoup de Malgré-Nous mosellans, de retour du Front russe  se  sont cachés lors d’une permission.  Ils ont eu la mauvaise surprise de devenir prisonniers des Américains entre le 1er et le 17 décembre 1944. Ils sortent du camp de la Flèche le 15 mai et ne seront libérés que le 25 mai 1945.

Prisoner of War

 «Le gradé américain leur disait: Si vous avez accepté d’être incorporé, vous n’aviez  pas le droit de déserter!»   Il était inutile de lui expliquer ce qui serait arrivé à nos parents, si nous n’avions pas rejoint la caserne allemande. Pour  un Américain: un soldat ne déserte pas. L’ordre donné aux G.I. était: «Prisoner of War»(Prisonnier de guerre), car les Américains ne veulent pas s’embarrasser de scrupules."
Par contre, dans certains villages des personnalités ont réussi à convaincre les Américains pour les laisser libres. Le curé de Bining, Nicolas Schneider ou le maire Antoine Maas à Meisenthal ont épargné cette humiliation aux jeunes de leur village.
Si l’Alsacien-Mosellan, citoyen français, ne se présentait pas à la caserne allemande, les parents étaient considérés comme responsables  d’après la loi allemande  de la «Sippenhaft» et étaient déportés. C’est la vraie raison de leur incorporation.  

Le sort réservé aux évadés 

Alors que la Moselle presque totalement libérée pavoisait de toute part, les évadés furent embarqués avec des prisonniers allemands. Ce qui leur valut de recevoir, dans les camions, des menaces de mort de la part des vert-de-gris, puis des cailloux tricolores dans les rues de Nancy. Après une nuit de train, 225 arrivèrent au camp de Thorée-les-Pins,



Le camp de la Flèche à Thorée-les-Pins

 à la Flèche, dans la Sarthe, où ils restèrent cinq mois. Ils ont été logés sous une tente, où le premier mois, ils n'ont eu que de la paille pour dormir sur le sol. D’où le nom de “Fléchards” qu’ils se sont donnés depuis. André Schutz, ancien conseiller pédagogique, originaire de Strasbourg s’est livré aux Américains  en Thuringe. Il a subi le même sort par l’envoi dans le camp de Marseille où il a subi les mêmes humiliations avec 850 autres Alsaciens-Lorrains. Il nous a rapporté  " Pour nous punir, le capitaine prisonnier allemand donnait une noix au puni qui devait la faire avancer avec le nez sur toute la longueur du stade"

La déception des réfractaires

Eugène Heiser, instituteur durant la guerre à Guiderkirch a écrit dans son livre « La tragédie lorraine » :
«Au lieu d’être accueillis à bras ouverts par les Américains, les réfractaires furent traînés de geôle  en geôle, de camp en camp,   à travers des foules hostiles...» Robert Schoeser de Neunkirch raconte dans le livre « Les Fléchards » :   "On nous emmena en captivité  au camp de la Flèche, à Thorée-les-Pins, en Sarthe. Nous devions y rester cinq mois, mêlés aux Allemands, commandés et menés par eux. Nous y avions souffert. Un de mes camarades  de Frauenberg, Raymond Starck est même mort par suite des privations endurées.» On leur demande de témoigner: « Nicolas, toi, tu as tout vécu, les Charentes en 39, la guerre en 40, la Russie en 43 et les “Fléchards”en 45... Il faut que tu racontes la vérité, puisque personne n’a envie de le faire. Ou alors, s’ils le font, ils gardent ça dans leurs  tiroirs. Il faut que tu leur dises une bonne fois pour toutes" “ Voilà le genre de boche que j’étais !”  

D’après, l’Office national des anciens combattants, ont été incorporés de force:
En Moselle: 21 000
En Alsace: 61 834

Ont été réfractaires: 
En Moselle: 6273
En Alsace: 14 225



Joseph Antoine Sprunck

Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’estl’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland
Quand Antoine, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche, est mobilisé le 23 août 1939 au 23 èmeSIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans. 



Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.Il ne retournera avec sa famillehabiterdans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, iln’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite.

Antoine avec ses deux chevaux et René monte un cheval La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq enfants, Yvonne 14 ans, René 13 ans, Marie-Thérèse 10 ans, Valérie 7 ans et Joseph 6 mois. A 43 ans et père de cinq enfants, il ne devrait normalement plus être mobilisé. Antoine va réclame…

La riche histoire d'Eschviller contée par Auguste Lauer

Auguste Lauer, membre fondateur de la Société d’histoire et d’archéologie de la section de Bitche, a enseigné en 1936 à Eschviller. Très intéressé par l’histoire locale, il a mené comme son collègue Paul Glad à Bousseviller, des recherches historiques sur Eschviller. Avant guerre, Auguste Lauer et son épouse, née Anne Schwartz, enseignaient dans les deux classes à Eschviller, annexe de Volmunster. Nous avons retrouvé un texte écrit en allemand très intéressant qui est une synthèse de nombreux documents connus en 1936. Il nous apprend mieux ce que les habitants d’Eschviller et de la région ont dû subir sous le joug des seigneurs, à cause des guerres et des invasions. Nous l’avons traduit en français pour vous faciliter la lecture. Les textes en italique ont été rajoutés par le traducteur pour une meilleure compréhension.

L’histoire d’Eschviller
et de sa région proche


1. L’âge de pierre
Pour l’instant nous ne connaissons pas grand chose sur notre région pour l…

Des Lorrains ont participé à un pèlerinage en Géorgie

Pendant huit jours, une trentaine de pèlerins lorrains ont participéà un pèlerinage en Géorgie. Il était initié et dirigé par l’abbé François Riehl. Ce fut l’occasion de découvrir ce pays occupé par les Soviétiques de 1921 à 1991.

Katia, la guide, nous accueille le samedi matin pour la visite de la capitale


Place Saint Georges



De  nombreux espaces verts avec des statues en bronze. Dans les églises,  il n'y a que des icônes, mais en ville on rencontre beaucoup de personnages en bronze.




 Il est midi, des marionnettes sortent de la tour




 Tbilissi est arrosé par la Koura


 Les bains turcs


Le bâtiment de la sécurité


Sur  un mont dominant la capitale se dresse les relais des communications. On y accède en funiculaire et on peut  prendre un repas dans le restaurant contigu.