Accéder au contenu principal

Des Lorrains ont participé à un pèlerinage en Géorgie




Pendant huit jours, une trentaine de pèlerins lorrains ont participé  à un pèlerinage en Géorgie. Il était initié et dirigé par l’abbé François Riehl. Ce fut l’occasion de découvrir ce pays occupé par les Soviétiques de 1921 à 1991.


Katia, la guide, nous accueille le samedi matin pour la visite de la capitale


Place Saint Georges



De  nombreux espaces verts avec des statues en bronze. Dans les églises,  il n'y a que des icônes, mais en ville on rencontre beaucoup de personnages en bronze.




 Il est midi, des marionnettes sortent de la tour




 Tbilissi est arrosé par la Koura


 Les bains turcs


  Le bâtiment de la sécurité


Sur  un mont dominant la capitale se dresse les relais des communications. On y accède en funiculaire et on peut  prendre un repas dans le restaurant contigu.

Sa capitale est Tbilissi, 1,4 millions de habitants. Elle est connue pour son architecture variée et le labyrinthe de rues pavées de sa vieille ville.


Grâce  à Katia, une guide qui connaissait aussi bien l’histoire de la Géorgie comme celle de la France, le groupe a pu découvrir  son patrimoine culturel,  ses monuments,  ses sites historiques, son architecture, ses marchés… De plus,  la belle entente entre les pèlerins a créé une ambiance familiale, permettant de nombreux échanges.

Le drapeau européen

A notre grande surprise, le drapeau européen flottait sur tous les bâtiments publics de la capitale Tbilissi. D’après notre guide, la Géorgie se sent plutôt européenne, car elle est chrétienne, comme l’Arménie, ce qui n’est pas le cas des autres pays limitrophes. 


Le drapeau de la Géorgie  est composé d'une grande croix de saint Georges sur fond blanc et de quatre autres petites croix rouges dans les quartiers formés par la grande. Dans un sens plus général, le drapeau national géorgien représente la chrétienté et « l'Amour que les Géorgiens ont envers Dieu ». Cette croix rouge et les quatre petites croix est celle de Jérusalem.

Situation

À mi-chemin entre l'Europe et l'Asie, la Géorgie est une ancienne république soviétique dotée de villages caucasiens et de plages sur la mer Noire. Elle est célèbre pour le monastère troglodytique de Vardzia, du XIIe siècle, ainsi que pour l'antique région vinicole de la Kakhétie. 



Deux grandes plaines séparent le Grand Caucase ( le plus haut sommet a 5 642 m) du Petit. Grâce aux différents barrages, la Géorgie n’a plus de coupures d’électricité depuis 2005. Actuellement elle en exporte. La langue géorgienne est  unique au monde, elle a son propre alphabet. Par contre, les commerces utilisent les lettres latines.

Deux climats

La configuration  de l’Arménie, en dehors des périodes d’unification est formée de deux entités bien distinctes, la Géorgie occidentale et la Géorgie orientale. C’est la configuration du relief qui le vaut. D’ailleurs, le climat est différent, celui de  la région occidentale est plus chaud que l’autre. La Géorgie  possède une nature préservée avec des paysages  majestueux et variés. On y rencontre   des cultures rurales  et de grandes zones sauvages. Les paysages sont riants, favorisés par un climat tempéré et une terre fertile. Parfois, on rencontre des vaches qui broutent l’herbe  des accotements des routes.

La table géorgienne

Le groupe a  déjeuné dans des fermes et des restaurants. Les Géorgiens ont l’habitude  de proposer une multitude de préparations toutes  très appétissantes et des salades où la tomate et les concombres ont dominé. 




Accompagnement musical grâce à Léon.





Un restaurant comme à la ferme, les plats ne sont jamais individuels. Chacun se sert dans la multitude des  plats. Pour l’honneur géorgien, il faut toujours qu’il reste quelque chose à manger sur la table. La vigne cultivée depuis la nuit des temps, grâce à une vinification originale, produit un excellent vin qui est vinifié dans d’énormes jarres enterrées. On a eu du mal à apprécier  un service où l’on sert la viande, et les  frites viennent longtemps après. 

Mode vie

La Géorgie est un pays européen de par sa culture. Pays poste-soviétique, il est situé dans la partie développée du monde.  Le mode de vie des Géorgiens  est le résultat de la synthèse de  tous ces contrastes. Comme tous les retraités ne touchent que 70 € par mois la collocation des générations s’impose. Les habitants achètent surtout des voitures d’occasion importées d’Allemagne ou du Japon. Alors qu’en ville, les gens vivent dans des appartements, à la campagne  ils ont des maisons que l’Etat leur a donné lors  du retour à l’indépendance en 1991.

 Les maisons sont souvent  recouvertes de tôles et souvent les conduites de gaz sont aériennes. Partout, nous avons été bien accueillis, dans les restaurants et dans les fermes.

La religion

Les Géorgiens sont pratiquement tous des orthodoxes depuis la réforme.  Pourtant  dans la capitale Tbilissi, il y a une synagogue une mosquée, une cathédrale catholique, mais surtout des églises orthodoxes. La religion orthodoxe jouit d’un certain renouveau spirituel depuis l’effondrement du régime communiste. Ce renouveau est rendu visible par les nombreuses églises construites ou restaurées dans chaque quartier, chaque village. Elle est dirigée par un patriarche.   En 1991, il ne restait que huit églises ouvertes au culte, aujourd’hui, on en compte des centaines. 


La vigne








Pour pouvoir  entrer dans les églises les femmes doivent se couvrir la tête et les épaules. Celles qui portent un pantalon ou les hommes qui portent un short, doivent mettre une jupe. On trouve le nécessaire à l’entrée des églises. Actuellement l’Etat est laïc.  La communauté laïque est autorisée depuis 1993. Les pèlerins ont été reçus  par l’évêque de Tbilissi qui a exposé les problèmes actuels. Pour lui, il s’agit surtout de dialoguer et non de pratiquer du prosélytisme. Il faut être « très patient et ouvert.  


La religieuse de la congrégation des Camiliens soigne les malades à domicile en attendant que le local des soins ambulatoires soit terminé.

Venir en aide aux pauvres grâce à Caritas et aux religieuses qui soignent les malades sont très appréciées. »

La nouvelle cathédrale orthodoxe


La nouvelle cathédrale de la  Trinité  a été construite sur la colline de Saint-Élie. Elle a été inaugurée en 2006. Elle est la plus grande église du  Caucase méridional. De plan cruciforme, elle est couronnée en son centre d’un dôme soutenu par huit piliers. Une croix de 7,5 mètres de haut domine l’ensemble. Son campanile s’élève à côté du bâtiment. 




L’église inférieure est dédiée à  l’Annonciation. Elle a été construite   pour les mille cinq cents ans  de l’Église géorgienne et en préparation du deuxième millénaire de la chrétienté.  La première pierre de la cathédrale a été posée le 23 novembre 1995 et le premier service religieux a eu lieu le 25 décembre 2002. Elle a été consacrée le jour de la Saint-Georges de 2004, patron du pays.

Gori

A Gori,  ville natale de Joseph Staline, une  statue le représente non loin du musée, ce qui nous a étonnés. Sa maison natale, est recouverte d’un baldaquin afin qu’elle ne souffre pas des intempéries. 



Maison natale de Joseph Staline

C’est une maison à deux petits appartements, celui du propriétaire et celui de la famille. Son père cordonnier avait son atelier dans la cave. Nous n’avons pas visité, ni le 


musée construit à son honneur, ni  son wagon blindé.

Des lieux touristiques très intéressants

Katia  a cherché  les pèlerins à 2  h du matin à l'aéroport et les a accompagnés lors du départ.

Cathia  nous a fait découvrir les églises  les plus caractéristiques, les monastères, mais aussi plusieurs musées. La cave à vin local où le vigneron fait mûrir son vin dans  des jarres enterrées comme ses ancêtres. Cette méthode inscrite au patrimoine mondial culturel et immatériel de l’UNESCO. La découverte des grottes troglodytes du 14 ème siècle, situées sur la route  de la soie a été impressionnante. Beaucoup ont fait des achats d’épices  au marché marché local de Kutaissi. La cathédrale  Bagrati avec   l’ensemble monastique,  et l’Académie de Guelati du Monastère des Pères noirs ont été intéressants. 

Fin de séjour troublé

Capture sur TV
Jusqu’à 10  000 manifestants s’étaient réunis jeudi devant le Parlement pour protester contre l’intervention, depuis la tribune du président, du député du Parti communiste russe Sergueï Gavrilov. Sa présence dans l’hémicycle, dans le cadre d’une réunion internationale sur l’orthodoxie, a choqué dans un pays où beaucoup considèrent la Russie comme une puissance occupante d’une partie du territoire. Comme notre groupe logeait au centre ville, le car a eu beaucoup de mal à rejoindre l’hôtel et il y a été bloqué jusqu’à 5 h du matin.
Le président Irakli Kobakhidze a démissionné de son poste vendredi après une nuit de violences entre policiers et manifestants devant le parlement du pays à Tbilissi. 

Joseph Antoine Sprunck


Crédit photos: François Riehl et Joseph Antoine Sprunck

Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’estl’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland
Quand Antoine, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche, est mobilisé le 23 août 1939 au 23 èmeSIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans. Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.Il ne retournera avec sa famillehabiterdans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, iln’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite.

Antoine avec ses deux chevaux et René monte un cheval La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq enfants, Yvonne 14 ans, René 13 ans, Marie-Thérèse 10 ans, Valérie 7 ans et Joseph 6 mois. A 43 ans et père de cinq enfants, il ne devrait normalement plus être mobilisé. Antoine va réclamer au bureau des…

Les tribulations de Hans Schmidt, prisonnier des Russes.

Hans Schmidt, 92 ans, habite actuellement à Brenschelbach (Sarre) un village limitrophe d’Ormersviller en Moselle. A 17 ans il a dû intégrer la Reichsarbeitsdienst, puis il a été mobilisé. Après les classes, il a été envoyé en Prusse orientale.Son unité a été attaquée par les Russes. Fait prisonnier, il devra travailler durant trois ans dans une mine de charbon en Ukraine du 17 avril 1945 au 29 avril 1948.
Reichsarbeitsdienst

Hans Schmidt lors de notre entretien

Hans Schmidt est né le le 20 juillet 1926 à Beckwiller (Sarre). Son père a été commerçant et a tenu une épicerie à Brenschelbach. Hans y a fréquenté l’école communale, puis a fait des études de droguiste à Zweibrücken puis à Homburg. Elles seront interrompues le 15 décembre 1943 par l’envoi au Reichsarbeitsdienst (RAD Service du travail du Reich) à Lebach (Sarre)

Hans Schmidt militaire

La RAD est une organisation de l'appareil du pouvoir national-socialiste du Troisième Reichdes années 1933 à 1945. À partir de juin 1935 chaque …