Accéder au contenu principal

Un Mosellan, français de l’intérieur, expulsé en 1940 par les Allemands



Louis Rochon, originaire de Sainte-Croix (Ain), vient en 1919 à Hayange pour être embauché chez de Wendel et épouse une Lorraine pour fonder une famille. Il habite  à Hayange, mais sera expulsé avec sa famille en  juillet 1940, car il est un Français de l’intérieur.  
  C’est à Rochefort que nous avons rencontré Roger Rochon, secrétaire général de mairie honoraire. Il a terminé sa carrière à Saint-Jean-d’Angély et passe sa retraite à Rochefort-sur-Mer (Charente Maritime).  Il a été expulsé  le 20 juillet 1940, car son père Louis, né 1er septembre 1891 à Sainte-Croix (Ain) n’étant pas Mosellan d’origine, a dû se plier à l’avis publié par la mairie de Hayange.
Cet épisode douloureux, il en est encore traumatisé. Le lendemain du récit d’expulsion, il nous a rapporté les documents d’époque: l’avis du maire, le laissez-passer et même le fameux acte de réintégration établi après le traité de Versailles du 28 juin 1919   pour les Mosellans d’origine. Cet acte a été réclamé à tous ceux qui voulaient avoir une carte d’identité ou un acte de nationalité française. Par contre, pour être mobilisé ou faire son service militaire ce n’était pas   indispensable.

Premiers expulsés

- Nous étions les premiers Mosellans à être expulsés, à Lyon, j’ai ensuite appris l’expulsion de l’évêque Mgr Joseph-Jean Heintz à Lyon, puis des prêtres, et en novembre 1940 de nombreux habitants francophones du Saulnois et de la région messine. 
  Sur l’avis signé par le maire de Hayange Georges Mohnen, il était écrit: “Tous les Français de l’Intérieur, tous les Juifs, tous les Nord-Africains comme tous les assistés, sont invités à quitter sans délai le département de la Moselle et à se diriger vers la France. Il leur est permis de se munir d’un bagage à main et d’une somme de 400 F. A partir du 20 juillet, à minuit le bagage en question sera limité à 10 kg. Le contrôle sera exercé à l’ancienne frontière existant de 1870 à 1918.” Signé le maire Georges  Mohnen avec le cachet de la mairie de Hayange. 


Avis d'expulsion affiché en mairie de Hayange

La peur s’installe

- Dès que cet avis était connu, ceux qui étaient concernés ont eu peur. Ils ne sortaient dans la rue qu’en cas de nécessité. Ils s’enfermaient dans leur appartement. Nous avions tous très peur.   
  Lors de l’expulsion, Roger Rochon avait 14 ans, son père Louis Rochon  était un ancien combattant de la guerre 1914-1918. Après le service militaire de trois ans, il avait été mobilisé durant toute la première guerre mondiale. C’est après la guerre, qu’il vint à Hayange, redevenue française, où il fut embauché chez De Wendel en tant  que contremaître, c’est là qu’il apprit à connaître son épouse Léonie Deny, d’origine lorraine. En mai 1940, il fut mobilisé, mais après la défaite française, il fut aussitôt renvoyé dans ses foyers. Il est heureux de retrouver sa famille. 
- Savez-vous que j’avais une sacrée chance, car tous les soldats français faits prisonniers ont été dirigés vers l’Allemagne. Ils ont été cantonnés dans des Stalags.
  Avec toutes les mauvaises rumeurs qui courent, il reste chez lui derrière les volets baissés, car en tant que français de l’Intérieur, il était considéré comme espion. 
- Mes sœurs et moi  étions tous nés à Hayange, ma mère était Mosellane, mais parce que mon père était  né dans l’Ain, il était persona non grata. 
  Roger avait deux sœurs Marthe, née en 1919 et  Yvette en 1925.

C’est l’expulsion

- Quand mon père apprit  qu’il sera expulsé,   il alla trouver le maire afin qu’il  lui fournisse un camion pour effectuer le déménagement. 
- Ce n’est pas mon affaire, lui répondit, le maire, c’est à vous de vous débrouiller. N’oubliez pas de passer à la “Ortskommandatur” de Hayange  afin qu’il vous délivre un laissez-passer.


Le laisser-passer établi par la Ortskommandatur

  Le père en resta bouche bée et devint tout blême, il ne comprenait pas que le maire un instituteur, fonctionnaire de l’Etat français puisse lui répondre de cette façon. Il se résigna et alla ensuite à la "Ortskommandatur” pour avoir le laissez-passer.
- Bonjour Monsieur, j’aimerais avoir un laissez-passer, car je suis expulsé avec ma famille
-  Heil Hitler. Où voulez-vous vous rendre?
- A Sainte-Croix, dans l’Ain, où habite ma famille
- Nous allons immédiatement vous en établir un.
  Il demanda tous les renseignements à mon père pour rédiger le laissez-passer, le signa et le lui tendit .
- Vous avez intérêt à avoir passé la frontière demain avant minuit. Heil Hitler.
-  Adieu
  Il rentra à la maison, muni de son sésame établi en allemand, et en parla à tout le monde. La première réaction, tout le monde se mit à pleurer à chaudes larmes. 

Sans défense

  Soudain mon père dit avec beaucoup de calme:
- Si le maire signe un tel avis et avec la façon dont il m’a reçu, il fait sûrement partie de la cinquième colonne. C’est malheureux qu’un instituteur, fonctionnaire de l’Etat français se rabaisse à ce point. Enfin, nous ne nous pouvons rien contre lui ni contre les nazis. Nous avons intérêt à nous y plier. Nous allons faire nos bagages et en emmener l’essentiel: des habits, des provisions, les documents, les photos et les objets précieux. Nous allons rejoindre Briey en Meurthe-et-Moselle. Nous arriverons bien à faire 15 km à pied.
 - Tout le monde s’y mit, chacun prit dans sa chambre ce qui lui tenait le plus à coeur, et mes parents s’occupèrent du reste.

Le départ pour Sainte-Croix

  Le lendemain, nous sommes partis en tirant à tour de rôle la charrette. Ce ne fut pas facile de monter la côte de Neufchef.  Un couple de Sérémange M. et Mme Bellaz   ont fait route avec nous. M. Bellaz travaillait également chez De Wendel.


 Roger Rochon avait 14 ans lors de l'expulsion
  
Quand Roger Rochon raconte ce triste épisode, il est très ému. Il ne comprend toujours pas qu’un instituteur français puisse expulser des Français.
  Arrivés à Briey, nos Lorrains se dirigent vers la Sous-Préfecture, et le père va voir le Sous-Préfet auquel il exposa la situation.
- Monsieur le Sous-Préfet, nous sommes expulsés de la Moselle, car je suis né dans l’Ain. Tous les Français de l’Intérieur doivent quitter la Moselle avant le 24 juillet à minuit.
- J’ai été mis au courant, cela se passe de la même façon en Alsace. Nous allons nous occuper de vous.
  Ce représentant de l'Etat fut très aimable envers ces Mosellans expulsés sans raison et leur attribue deux logements meublés. 
  Nos deux familles restent pour l’instant à Briey. Louis Rochon, retourne à Hayange à bicyclette pour chercher du ravitaillement, fait une chute dans la côte de Neufchef et il est hospitalisé  plusieurs jours à Hayange.
Après son retour, la famille Rochon décide de rejoindre en train Sainte-Croix. A Nancy, elle est hébergée dans un couvent près de la Place Stanislas. L'accueil est très cordial. La famille continue son voyage et à Charolles, elle est accueillie par une châtelaine, où elle reste quelques jours.

Arrivée à Sainte-Croix

 Enfin la famille rejoint sa famille à Sainte-Croix, un petit village de l’Ain, situé au Nord-Est  de Lyon.
- A Lyon, mon père va trouver le  directeur d’une fabrique d’épaulettes où travaillait mon oncle Benoît.
- Monsieur le Directeur, je suis le neveu de Benoît, je travaillais comme chef d’équipe  chez de Wendel à Hayange en Moselle. 

Un Français de l’Intérieur ?

- Les nazis m’ont expulsé le 20 juillet 1940, car j’étais un Français de l’intérieur. J’ai trois enfants et j’habite à Sainte-Croix.
- Un Français de l’Intérieur?
- Oui. Par le traité de Francfort du 10 mai 1871, l’Alsace et la Moselle étaient annexées. Les Alsaciens et les Mosellans d’origine étaient alors les Français de l’extérieur, et ceux des départements restés français ont été appelés par les Alsaciens et les Mosellans, les Français de l’intérieur. C’est surtout cette dernière expression qu’on emploie encore maintenant en Alsace et en Moselle.
Comme je suis né dans l’Ain, je suis  un Français de l’Intérieur.
- Eh bien, c’est bien triste ce qui vous arrive. je vous embauche de suite.
  Il lui raconte alors son aventure du départ de Hayange en charrette et tout le voyage en train pour arriver dans l’Ain. 

La famille s’agrandit

  Joseph Fizaine, instituteur mosellan, fiancé de ma sœur Marthe nous rejoint et l’épouse. Il reprend du service en 1941 et devient secrétaire de mairie- instituteur à Pizai, un village de 300 habitants. C’était la commune limitrophe de Sainte Croix. Son maire  est directeur des Assurances La  Providence à Lyon. 
- Grâce aux cousins de mon père qui avait une ferme à Sainte-Croix, nous ne manquions pas de nourriture durant toute la guerre. C’était notre seule consolation.
Comme Roger avait  commencé à faire des études secondaires au cours complémentaire de Hayange en Moselle, son père l’inscrit au collège, tenu par les Frères de Saint-Louis-de-Gonzague où il a pu passer et réussir le brevet élémentaire.
Ségolène de Wendel s’était réfugiée à Lyon -Bellecourt où, elle crée l’Union Lorraine. Elle est aidée par les Filles de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul. Elle était assistée de Mme Bosson et M. Dupont. 
  Après mon brevet, je travaille chez les de Wendel avec   Victor Lançon, ingénieur. De plus, j’aidais à travailler à la mairie avec mon beau-frère.

Débarquement et espoir

  Quand les Mosellans réfugiés dans la région de Lyon apprennent le débarquement du 6 juin 1944 en Normandie  et celui du 15 août 1944 en Provence, les Mosellans reprennent espoir.
- A la demande de Ségolène de Wendel, je rejoins Hayange pour travailler y travailler à la mairie dès fin 1944. Je loge chez ma tante Anne Litzenbrenner à Hayange.
  C’est le Docteur Léon Wonner fait fonction de  maire. Il a été nommé par le préfet de la Moselle président de la “commission municipale” après la libération de la ville par les troupes américaines en septembre 1944.
- Mes parents reviennent à Hayange le 26 septembre 1945 et mon père retrouve aussitôt son poste chez  de Wendel.
 
Propos recueillis par Joseph Antoine Sprunck le 17 mars 2010 à Rochefort.
 
Documents remis à l'auteur par Roger Rochon

Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’estl’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland
Quand Antoine, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche, est mobilisé le 23 août 1939 au 23 èmeSIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans. 



Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.Il ne retournera avec sa famillehabiterdans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, iln’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite.

Antoine avec ses deux chevaux et René monte un cheval La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq enfants, Yvonne 14 ans, René 13 ans, Marie-Thérèse 10 ans, Valérie 7 ans et Joseph 6 mois. A 43 ans et père de cinq enfants, il ne devrait normalement plus être mobilisé. Antoine va réclame…

Des Lorrains ont participé à un pèlerinage en Géorgie

Pendant huit jours, une trentaine de pèlerins lorrains ont participéà un pèlerinage en Géorgie. Il était initié et dirigé par l’abbé François Riehl. Ce fut l’occasion de découvrir ce pays occupé par les Soviétiques de 1921 à 1991.

Katia, la guide, nous accueille le samedi matin pour la visite de la capitale


Place Saint Georges



De  nombreux espaces verts avec des statues en bronze. Dans les églises,  il n'y a que des icônes, mais en ville on rencontre beaucoup de personnages en bronze.




 Il est midi, des marionnettes sortent de la tour




 Tbilissi est arrosé par la Koura


 Les bains turcs


Le bâtiment de la sécurité


Sur  un mont dominant la capitale se dresse les relais des communications. On y accède en funiculaire et on peut  prendre un repas dans le restaurant contigu.

Les tribulations de Hans Schmidt, prisonnier des Russes.

Hans Schmidt, 92 ans, habite actuellement à Brenschelbach (Sarre) un village limitrophe d’Ormersviller en Moselle. A 17 ans il a dû intégrer la Reichsarbeitsdienst, puis il a été mobilisé. Après les classes, il a été envoyé en Prusse orientale.Son unité a été attaquée par les Russes. Fait prisonnier, il devra travailler durant trois ans dans une mine de charbon en Ukraine du 17 avril 1945 au 29 avril 1948.
Reichsarbeitsdienst

Hans Schmidt lors de notre entretien

Hans Schmidt est né le le 20 juillet 1926 à Beckwiller (Sarre). Son père a été commerçant et a tenu une épicerie à Brenschelbach. Hans y a fréquenté l’école communale, puis a fait des études de droguiste à Zweibrücken puis à Homburg. Elles seront interrompues le 15 décembre 1943 par l’envoi au Reichsarbeitsdienst (RAD Service du travail du Reich) à Lebach (Sarre)

Hans Schmidt militaire

La RAD est une organisation de l'appareil du pouvoir national-socialiste du Troisième Reichdes années 1933 à 1945. À partir de juin 1935 chaque …