Accéder au contenu principal

Les Andrès d’Ormersviller (et Riesweiler) qui sont partis en Amérique.



Jean Andrès (fils de Conrad Andrès (1798-1862 – Ormersviller) et de Odile Drunschberger Né le 20 août 1825 à Ormersviller. Confirmation à Volmunster le 2 septembre 1843
Sert dans l’armée française en Algérie avant d’émigrer aux Etats-Unis en 1854
S’établit dans le nord-ouest de l’état du Wisconsin

Marié à Marie Joséphine Routhieaux le 14 novembre 1856 à Green Bay, comté de Brown, Wisconsin
Durant la guerre civile américaine (1861-1865) il est conscrit dans l’armée où on lui confère le grade de sergent, sans doute à cause de son passé militaire en Algérie. Il déserte l’armée.





Jean Henri Andrès
Il est connu sous le nom de John André (et non John Andrès)
Il achète une ferme de 50 acres à son beau-frère belge, pour 50 dollars. Il perdra sa ferme et ses possessions lors d’un incendie connu sous le nom de Feu de Peshtigo qui cause la mort de 1200 personnes.
Décédé 18 septembre 1912 Rosiere (Wisconsin) suite à une pneumonie.

Marie Joséphine Routhieaux (son épouse)
Née le 12 juillet 1838 à Linsmau (Belgique) Décédée le 17 mars 1904 à Rosiere (Wisconsin)
10 enfants
Jean Henri Andrès
===================================
Fils de Conrad Andrès, dit Le Jeune (1759-1825) et de Barbe Marie Meyer
Né le 14 septembre 1808 à Ormersviller
Décédé le 6 septembre 1881 à Keene, comté de Ionia, Michigan
Marié à Katherine Faber le 19 janvier 1836 à Riesweiler (Allemagne). Elle décède en mai 1853. Fait notable : Jean Henri s’est marié civilement et à l’église d’Ormersviller le 11 janvier 1836 puis à l’église également, de l’autre côté de la frontière, à Riesweiler, le 19 janvier 1936 .

6 enfants naissent de leur union (tous restent à Ormersviller ou Riesweiler, sauf Anna Maria.
Marié en secondes noces avec Anna Maria Biermacher le 6 février 1854 à Riesweiler (Allemagne)
2 enfants naissent de cette union. (Heinrich II et Peter)
Anna Maria, Peter, Heinrich II émigrent aux USA avec Jean Henri et Anna Maria (biermacher) le 12 août 1864 Jean Henri et son épouse Anna Maria arrivent à New-York sur le vaisseau William Frothingham en provenance du Havre, le 12 août 1864. Il est alors âgé de 55 ans. Le couple est accompagné de 3 enfants, Anna Maria, âgée de 18 ans et la plus jeune des enfants du premier mariage et de Heinrich (Henri) et Peter (Pierre), enfant du second mariage.
Jean Henri se déclare Bavarois de nationalité (Riesweiler faisait alors partie de l’empire bavarois)
Selon lune petite fille de Jean Henri, La famille a rejoint Chicago en train depuis New-York. À Chicago, par accident, Mary n’était pas sur le train en partance pour Kalamazoo, (Michigan), leur destination. Elle prit le train suivant. Son père, descendit du train à la recherche de Mary, et reste sur le quai alors que le train part. Jean Henri, incapable de communiquer mettra deux semaines à errer dans la région de Niles, à une quarantaine de kilomètres de Chicago, mais dans la direction opposée de Kalamazoo. Finalement il arrivera à rejoindre Kalamazoo où il retrouve sa famille qui avait trouvé refuge chez des amis, les Scheid. Finalement, la famille s’établira à six kilomètres au sud de Belding, sur la route qui sera renommée rue Andres.
===================================
Pierre Andrès (fils de Conrad Andrès (1798-1862 – Ormersviller) et de Odile Drunschberger Né le 14 février 1830 à Ormersviller
Sert dans l’armée française en Algérie avant d’émigrer aux Etats-Unis en 1867
Vit avec son frère Jean et son épouse Marie Joséphine sur leur ferme.

Ne s’est jamais marié.
===================================
Thibaut Andrès (parents inconnus)
Né le 15 avril 1844 en France
Immigre aux États-Unis en
1871
Épouse Anna Maria Andres, (fille de Jean Henri Andres et Katherine Faber – voir plus haut)





Soldat dans la cavalerie de l’armée française durant la guerre franco-prusse de 1870, il est fait prisonnier la veille de la bataille de Sedan. Capturé par l’ennemi après que plus que 60 de ses camarades sont tués dans une bataille féroce, il est emprisonné par les prussiens. Il sera libéré 3 mois après. Il décide de quitter la France pour les États-Unis. Sa Lorraine natale est sous la domination allemande.
Il s’installe dans la commune de Miriam au Michigan et épouse la fille de Jean Henri Andrès arrivé aux Etats- Unis 7 ans auparavant. Il achètera la ferme de son beau-père.

=================================== 

Gaspard (Casper) Andrès (fils de Vincent Andrès (1797-1872 – Ormersviller)
 de Anne-Marie Andrès Né le 3 janvier 1835 à Ormersviller


Gaspard (Casper) Andrès (fils de Vincent Andrès (1797-1872 – Ormersviller) et de Anne-Marie Andrès Né le 3 janvier 1835 à Ormersviller

Décédé le 2 septembre 1907 à Grand Haven (Michigan)
Marié à Christine Faber, née en 1835

Émigre aux États-Unis le 1er avril 1874 avec son épouse Christine Faber et leurs 5 enfants survivants (Catherine, Anne, Anne-Marie, Jean-Pierre, Pierre.
Andres Gaspard (Casper) et son épouse Christine Faber
Le motif déclaré est la guerre perpétuelle entre l’Allemagne et la France pour la possession de l’Alsace et la Lorraine. Après six semaines de voyage maritime durant lequel le mat de son navire est brisé lors d’une tempête, il arrive finalement à New-York. Il va rejoindre son oncle Jean Henry Andrès (frère de son père Vincent qui est arrivé en Amérique en 1864)
Le couple achète une ferme de 60 acres à Belding (Michigan). Agé de 78 ans, il meurt noyé à Grand Haven (Michigan) dans la rivière Grand River, alors qu’il était en route vers Milwaukee dans le Wisconsin, (de l’autre côté du lac Michigan) où il allait visiter des cousins. On suppose qu’il est tombé dans la rivière alors qu’il se promenait sur les quais, à l’embouchure de la rivière dans le lac Michigan.
Christine Faber (son épouse)
Née le 3 août 1835 à Riesweiler (Allemagne)
10 enfants, dont 5 survivants
====================================


La photo ci-dessous est une rare et exceptionnelle photo montrant les 4 frères Andrès, fils de Jean Andrès (dit l’ainé) à Ormersviller le 23 juillet 1818 et décédé le 15 février 1893. Comme beaucoup dans sa famille, Jean émigre aux Etats-Unis (avant 1858) mais retourne à Ormersviller pour se marier. Il épousera Anne Paltz (née le 10 mai 1833 et décédée le 15 septembre 1901), mais celle-ci ne veut pas quitter Ormersviller et aller aux Etats- Unis. Elle prévaudra.
4 de leurs enfants quitteront le village natal pour s’installer en Amérique.




====================================
Pierre Damien Andrès (fils de Jean Andrès, dit l’aîné (1863-1946) et de Anne Paltz) Né le 20 février 1860 à Ormersviller
Frère de ta grand-mère maternelle Marie Gertrude (Monique) Andrès
Frère de mon grand-père paternel Mathias

Emigrated to the USA in 1886. Settled first in Stevens Point (WI) then to Rudolph (WI) around 1902. He finally settled in Michigan, in the Beal city area.
Anne Paltz (son épouse)
Née le 23 août 1873 à Neuspath (Allemagne)
9 enfants


  =========================================

Joseph Andrès (fils de Jean Andrès dit l’aîné (1818-1893 - Ormersviller) et de Anne Paltz
Né le 1er octobre 1881 à Ormersviller
Arrivé à New York, (Ellis Island) le 30 Mars 1904 sur le S.S. Finland en provenance d’Antwerp
Il épouse Augusta Martin en 1910 et déménage à Milwaukee où il travaille comme maçon et briqueteur, en particulier lors de la construction de l’école secondaire Washington.

En 1913, avec son épouse, il achète une ferme dans le comté de Nottawa, à 5 km de Beal City, au Michigan et va s’y établir en 1916. Il agrandi sa ferme de 20 acres supplémentaires, qu’il achète à ses voisins James et Liza Peters, des indiens de la tribu Chipewa avec lesquels il est en bon voisinage. Peu de temps après, il ajoute 40 acres à sa ferme.
La ferme passe de génération en génération et est encore exploitée ces jours par ses petits-enfants Richard (et Barbara) et Joseph (et Elaine)
Augusta Martin (son épouse)
Née le 25 novembre 1886
décédée le 28 décembre 1975 à Mount Pleasant (Michigan)

6 enfants
===================================



Jean Nicolas Andrès (fils de Jean Andrès dit l’aîné (1818-1893 - Ormersviller) et de Anne Paltz
Né le 16 février 1876 à Ormersviller
Marié à Marienthal en Alsace, le 15 novembre 1904 avec
Anne Meyer
Arrivé à New York, (Ellis Island) avec Anne, le 8 décembre 1904 sur le S.S. Finland en provenance d’Antwerp Ils sont identifiés comme allemands.

Sur un manifeste maritime il déclare aller rejoindre son frère Pierre (Peter Damien) à Stevens Point (Wisconsin) Décédé le 6 décembre 1959 à Wisconsin Rapids (Wisconsin – USA)
Anne Meyer (son épouse)
Née le 1er mars 1882

Décédée le 17 juin 1962 à Wisconsin Rapids Wisconsin – USA
6 enfants





===================================
Jean Raymond Andrès (fils de Jean Andrès, dit l’aîné (1863-1946) et de Anne Paltz) Né le 1er octobre 1881 à Ormersviller
Épouse Marie Paltz
Frère de ta grand-mère maternelle Marie Gertrude (Monique) Andrès
Frère de mon grand-père paternel Mathias Arrivée aux Etats-Unis : date inconnue.
Marie Paltz (son épouse)
Née le 6 février 1878 Décédée le 12 août 1969
3 enfants




Réalisé par Robert Andrès 
3 mars 2020

Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’est   l’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland Quand Antoine, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche,   est mobilisé le 23 août 1939 au 23 ème   SIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans.  Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.   Il ne retournera avec sa famille   habiter   dans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, il   n’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite. Antoine avec ses deux chevaux dans la cour pavée devant l'écurie. René monte un cheval en 1939. La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq enfants, Yvonne 14 ans, René 13 ans, Marie-Thérèse 10 ans, Valérie 7 ans et Josep

La riche histoire d'Eschviller contée par Auguste Lauer

Auguste Lauer, membre fondateur de la Société d’histoire et d’archéologie de la section de Bitche, a enseigné en 1936 à Eschviller. Très intéressé par l’histoire locale, il a mené comme son collègue Paul Glad à Bousseviller, des recherches historiques sur Eschviller. Avant guerre, Auguste Lauer et son épouse, née Anne Schwartz, enseignaient dans les deux classes à Eschviller, annexe de Volmunster. Nous avons retrouvé un texte écrit en allemand très intéressant qui est une synthèse de nombreux documents connus en 1936. Il nous apprend mieux ce que les habitants d’Eschviller et de la région ont dû subir sous le joug des seigneurs, à cause des guerres et des invasions. Nous l’avons traduit en français pour vous faciliter la lecture. Les textes en italique ont été rajoutés par le traducteur pour une meilleure compréhension. L’histoire d’Eschviller et de sa région proche 1. L ’ âge de pierre Pour l’instant nous ne connaissons pas grand cho

Des Lorrains ont participé à un pèlerinage en Géorgie

Pendant huit jours, une trentaine de pèlerins lorrains ont participé   à un pèlerinage en Géorgie. Il était initié et dirigé par l’abbé François Riehl. Ce fut l’occasion de découvrir ce pays occupé par les Soviétiques de 1921 à 1991. Katia, la guide, nous accueille le samedi matin pour la visite de la capitale Place Saint Georges De  nombreux espaces verts avec des statues en bronze. Dans les églises,  il n'y a que des icônes, mais en ville on rencontre beaucoup de personnages en bronze.  Il est midi, des marionnettes sortent de la tour  Tbilissi est arrosé par la Koura  Les bains turcs   Le bâtiment de la sécurité Sur  un mont dominant la capitale se dresse les relais des communications. On y accède en funiculaire et on peut  prendre un repas dans le restaurant contigu. Sa capitale est Tbilissi, 1,4 millions de habitants.  Elle est connue pour son architecture variée et le labyrinthe de rues pavées de sa vieille vi