Accéder au contenu principal

Souvenirs de nos voyages à Sigogne en Charente


En 1981,  Joseph Sprunck de l’Ecole Adolphe Yvon fait réaliser une enquête par ses élèves qui interrogent les  anciens sur la guerre de 39-45 et particulièrement  sur l’évacuation en Charente  en 1939. A la suite de cette enquête, les élèves veulent mieux connaître ce village de Sigogne en Charente où les habitants de Volmunster ont été évacués. Ainsi la correspondance scolaire  entre la classe des cours-moyens de Volmunster et de Sigogne est mise en place. Aux vacances de Pâques, Alain Blanc, directeur d’école à Sigogne, rend visite à son collègue Joseph Sprunck de Volmunster. Pendant les grandes vacances, l’abbé René Germanaud, curé de Sigogne, rend visite à l’abbé Marcel Rostoucher, curé de Volmunster 



Alain Blanc et Joseph Sprunck lors du spectacle en  1989


Alain Blanc invite Joseph Sprunck invite à venir avec ses    élèves de Volmunster à Sigogne. Le 19 avril 1982, un autocar avec les élèves du cours moyen de Joseph Sprunck et ceux du cours préparatoire de Sr Marie-Claire Schwartz, accompagnés de quelques adultes ayant  des attaches à Sigogne, ainsi que Jean Seibert, maire, et Lucien Paltz, premier adjoint,  pour un séjour de cinq jours à Sigogne. L’accueil a été très chaleureux et émouvant. 


En passant par la Lorraine, avec mes sabots.


Les flûtistes   de Volmunster ont joué plusieurs intermèdes




Soeur Marie-Claire Schwartz, Georgette et Alain Blanc, Joseph Sprunck, les quatre enseignants qui ont organisé la première rencontre  à Sigogne. Cela  a été point de départ pour le jumelage entre les deux communs. Alain Blanc a été le premier président du comité de jumelage de Sigogne.


Une démarche collective 


Un journal charentais  écrivait:  Cette délégation de Volmunster tenait « à donner à leur démarche collective quarante trois ans après, un aspect pèlerinage. » Charentais et Lorrains se retrouvaient donc dans l’église de Sigogne pour se souvenir, pour offrir les épreuves passées en demandant la paix, pour penser à ceux qui nous ont quittés. Dans la salle de Foussignac, trop petite ce soir-là, les enfants et leurs maîtres ont fait connaître leur pays et son histoire, mais surtout sa volonté de reconstruire courageusement une cité très vivante.


Une bonne entente


 Quel bel exemple  de bonne entente, de dynamisme et de discipline. « Quand vous viendrez chez nous, vous ne serez plus des réfugiés, quand nous irons chez vous, nous ne serons pas des étrangers. » Durant les grandes vacances, de nombreux Sigognais vinrent rendre visite à leurs amis lorrains, et depuis cela continue.  

 En juin 1985,  il a fallu 4 bus pour transporter tous ceux qui voulaient rencontrer les Sigognais. Des plaques souvenirs ont été fixées aux mairies, mais ce qui est le plus important, c’est  que ces visites amicales se perpétuent grâce aux deux comités de jumelage avec Micheline Jankowsky, Christian Seibert et Pascal Richarth   qui ont organisé ces visites avec le soutien des maires Jean-Philippe Roy et Daniel Schaff. Longue vie au jumelage et bravo à tous ceux qui organisent, qui accueillent et ceux qui y participent.  Avec le confinement, le rythme des visites a été arrêté et n’a pu être repris.









 

 Arrivée à Angoulême










L'arrivée en bus

Joseph et son épouse seront accueillis par leur fille Nathalie 




Jean-Philippe Roy, maire de Sigogne, Pascal Richarth, conseiller municipal, président de la commission Jumelage, Claude Koeberlé, premier adjoint  et Daniel Schaff, maire de Volmunster

 Arrivée à Sigogne et accueil par Georgette Blanc et Jacques Baudet

  Rémy et Raymonde  Seiwert et sa famille d'accueil
  Sur la place de l'église









 Serment du jumelage

Jean-Claude Roy



Repas en commun

  A la messe

 8 mai 2013 à Sigogne



















En 1989, Alain et Georgette Blanc,   artisans du jumelage

La fête de la Révolution sur la Place de Volmunster autour de l'arbre de la liberté



Visite des Sigognais à Volmunster

Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’est   l’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland Quand Antoine, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche,   est mobilisé le 23 août 1939 au 23 ème   SIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans.  Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.   Il ne retournera avec sa famille   habiter   dans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, il   n’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite. Antoine avec ses deux chevaux dans la cour pavée devant l'écurie. René monte un cheval en 1939. La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq enfants, Yvonne 14 ans, René 13 ans, Marie-Thérèse 10 ans, Valérie 7 ans et Josep

Guerre d'Algérie: témoignage d'un ancien appelé du contingent de 1962-1963

Il y a 57 ans, je ne me promenais pas au Bitcherland, mais j’étais en Algérie avec 400 000 autres appelés pour combattre les Fellagas et l’OAS. C’était pour le maintien de l’ordre, mais en réalité c’était une guerre qui a duré de 1954 à 1962. Elle a opposé l'armée française à des insurgés nationalistes algériens regroupés dans l'ALN (Armée de libération nationale) encadrée par le FLN (Front de libération nationale).   En Algérie, quatre départements français, les indigènes n’avaient pas les mêmes droits que les Européens. Comme l’injustice mène toujours à la révolte, la première commença à Sétif et à Souk-Arhas le 8 mai 1945, et   le 1er novembre 1954, tous les opposants   créent le FLN et commencent à commettre des attentats. En février 1956, les appelés partent pour l’Algérie pour le maintien de l’ordre. Le 19 mars 1962 à midi, c’est le cessez le feu, le 3 juillet 1962,   c’est l’indépendance suite au référendum. Et le service militaire est à nouveau ramené à 18 mois, e

La riche histoire d'Eschviller contée par Auguste Lauer

Auguste Lauer, membre fondateur de la Société d’histoire et d’archéologie de la section de Bitche, a enseigné en 1936 à Eschviller. Très intéressé par l’histoire locale, il a mené comme son collègue Paul Glad à Bousseviller, des recherches historiques sur Eschviller. Avant guerre, Auguste Lauer et son épouse, née Anne Schwartz, enseignaient dans les deux classes à Eschviller, annexe de Volmunster. Nous avons retrouvé un texte écrit en allemand très intéressant qui est une synthèse de nombreux documents connus en 1936. Il nous apprend mieux ce que les habitants d’Eschviller et de la région ont dû subir sous le joug des seigneurs, à cause des guerres et des invasions. Nous l’avons traduit en français pour vous faciliter la lecture. Les textes en italique ont été rajoutés par le traducteur pour une meilleure compréhension. L’histoire d’Eschviller et de sa région proche 1. L ’ âge de pierre Pour l’instant nous ne connaissons pas grand cho