Accéder au contenu principal

Le chanoine Marcel Schneider, un prêtre novateur

Le chanoine Marcel Schneider, après ses études secondaires, accomplit  l’Arbeitsdienst, puis il  est incorporé de force. Il   déserte l’armée l’allemande, est  fait prisonnier par les Américains, puis termine la guerre en tant que militaire français.  
Marcel Schneider,  90 ans, est né le 28 mars 1923 à Guiderkirch. Ses parents tenaient un café-restaurant situé à côté de la chapelle Sainte-Anne. Il fit ses études secondaires   chez les Pères du Saint-Esprit à Neufgrange, puis à Saverne. Le 1er septembre 1939, il accompagne ses parents en Charente et à son retour en 1940, il passe son baccalauréat (Abitur chez les Allemands).

Incorporé de force

Puis il accomplit   avec la classe 1923   son Abeitsdienst à Oberhausen pendant six mois. «Espérant obtenir un sursis, je m’inscris à l’université de Strasbourg. Hélas arrive la convocation pour l’armée  à Koenigsberg  en Prusse orientale.  Je rejoins après mes classes   un régiment de chars d’assaut “Les tigres” à Modin en Pologne.» m’explique-t-il. Il sera engagé dans les grandes batailles contre la Russie. Il ira ensuite en Lituanie, où il réussira à sortir de son char en feu en septembre 1944. Blessé, il sera soigné dans un hôpital  en Silésie. 

Déserteur, puis prisonnier 

“Presque guéri, début novembre 1944 je réussis à rejoindre clandestinement ma famille à Guiderkirch qui était sans nouvelles depuis six mois. Comme beaucoup d’autres malgré-nous, j’y vivais caché.    Lors de la  libération   de Guiderkirch en décembre 1944, les Américains rassemblent tous les “Malgré-nous “ du village et emmènent tous ceux qui ont déserté l’armée allemande dans le camp de prisonniers allemands de Sainte-Mère-l'Eglise. Je suis libéré en mars 1945, puis  je m’engage dans l’armée française à Evreux. Après ma libération, je rejoins ma famille à Guiderkirch, puis j’entre au grand séminaire de Metz.”

Curé-archiprêtre

Marcel Schneider   est ordonné prêtre le 2 juillet 1950 en la cathédrale de Metz. II sera nommé vicaire à Sarralbe, devient en 1960 aumônier  du Lycée Charlemagne et des équipes Notre-Dame au niveau régional. En 1964, il crée et anime  le Centre diocésain des vocations et en janvier1967




il succède au chanoine Henri Auer. Il   est installé curé-archiprêtre de Volmunster par  le vicaire général avec la responsabilité pastorale du Bitcherland et en 1971  il ajoute à ses fonctions celle de vicaire épiscopal de la zone  Sarreguemines-Bitche. Avec son sourire constant, il a le contact facile avec les jeunes comme les seniors. Il était apprécié par toute la population, et tout le monde regretta son départ pour Sarralbe.

Curé novateur 

Il mettra en place  les décisions de Vatican 2 qui se termine le 8 décembre 1965. Elles sont favorablement admises par les paroissiens de Volmunster, car chaque fois, il expliquait les raisons de ces changements. C’était un grand pédagogue. A la messe,   le latin est remplacé par le français et les laïcs interviennent au niveau des lectures et de la distribution de la communion. Il introduira la célébration  pénitentielle avec absolution collective à chaque grande fête.


Lors d’une rencontre avec Jean-Marie Pelt, ce dernier lui pose la question en ma présence: «Marcel, pourquoi  tout fout le camp dans la religion,  pourtant, dans à toutes mes conférences, je fais référence à Dieu? 
- Joseph, dit-il, tu te souviens quand j’ai introduit la célébration pénitentielle, l’église  était comble. Avec la suppression de l’absolution collective, les chrétiens les désertent et ils ne veulent plus la confession individuelle. Il ne faut jamais faire marche arrière quand quelque chose marche bien. 
- C’est exact.» répondis-je? 

Début 1974, la messe télévisée sera diffusée à partir de l’église Saint-Pierre de Volmunster. Comme il aimait les belles cérémonies, cette messe fut préparée avec beaucoup de soin.
En 1976, il est nommé curé-archiprêtre de Sarralbe tout en gardant la fonction de vicaire épiscopal. Il célèbre les confirmations pendant 20 ans  dans toute la région. En 1980, il est nommé chanoine honoraire de la cathédrale de Metz. 

Curé de la cathédrale

En 1994, il quitte Sarralbe pour Metz, devient chanoine titulaire et exerce  la responsabilité de grand-coûtre, curé de la cathédrale et membre  de l’équipe des formateurs  du grand séminaire. En 2001, à l’âge de 78 ans, il prend sa retraite tout en restant Juge au tribunal épiscopal de Metz. En 2006 il rejoint la maison de retraite des Petites sœurs   des Pauvres à Metz. Le 9 juillet 2000, il célèbre le jubilé d’or en l’église Saint-Maurice de Guiderkirch et en juillet 2010 son jubilé de diamant à Sarralbe. «Il y a 60 ans le Seigneur m'a appelé à participer à son projet d'amour sur le monde, et j'ai répondu avec joie: "Me voici!" et  il m'a envoyé au service de son Église, ici en pays de Moselle, il m'a fait confiance et j'ai essayé d'être fidèle. Toute fidélité solide a besoin de racines, et je n'ai pas oublié mon origine d'un petit village du Bitcherland» me confia-t-il. En effet, il a su garder les pieds sur terre, et ses homélies étaient toujours bien structurées. Il savait toujours très bien faire une liaison appropriée entre la vie et les événements d'actualité en rapport avec les textes du jour. Ce qui convenait très bien aux fidèles.


Il est décédé le  vendredi 28 juin à Mercy. La messe d’enterrement a été célébrée par l’évêque de Metz , Mgr Jean-Christophe Lagleize lel mardi 24 juin à 15 h à la Chapelle des Petites sœurs   des Pauvres à Metz. Une délégation de Guiderkirch et  de la paroisse de Volmunster  a participé aux obsèques. 


De nombreux prêtres, dont le curé de Volmunster, ont concélébré  l’Eucharistie. Ce fut le chanoine Raymond Poirson qui retraça le parcours de la vie du chanoine Marcel Schneider.

Textes et photos de Joseph Antoine Sprunck

Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’estl’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland
Quand Antoine, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche, est mobilisé le 23 août 1939 au 23 èmeSIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans. 



Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.Il ne retournera avec sa famillehabiterdans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, iln’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite.

Antoine avec ses deux chevaux et René monte un cheval La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq enfants, Yvonne 14 ans, René 13 ans, Marie-Thérèse 10 ans, Valérie 7 ans et Joseph 6 mois. A 43 ans et père de cinq enfants, il ne devrait normalement plus être mobilisé. Antoine va réclame…

La riche histoire d'Eschviller contée par Auguste Lauer

Auguste Lauer, membre fondateur de la Société d’histoire et d’archéologie de la section de Bitche, a enseigné en 1936 à Eschviller. Très intéressé par l’histoire locale, il a mené comme son collègue Paul Glad à Bousseviller, des recherches historiques sur Eschviller. Avant guerre, Auguste Lauer et son épouse, née Anne Schwartz, enseignaient dans les deux classes à Eschviller, annexe de Volmunster. Nous avons retrouvé un texte écrit en allemand très intéressant qui est une synthèse de nombreux documents connus en 1936. Il nous apprend mieux ce que les habitants d’Eschviller et de la région ont dû subir sous le joug des seigneurs, à cause des guerres et des invasions. Nous l’avons traduit en français pour vous faciliter la lecture. Les textes en italique ont été rajoutés par le traducteur pour une meilleure compréhension.

L’histoire d’Eschviller
et de sa région proche


1. L’âge de pierre
Pour l’instant nous ne connaissons pas grand chose sur notre région pour l…

Des Lorrains ont participé à un pèlerinage en Géorgie

Pendant huit jours, une trentaine de pèlerins lorrains ont participéà un pèlerinage en Géorgie. Il était initié et dirigé par l’abbé François Riehl. Ce fut l’occasion de découvrir ce pays occupé par les Soviétiques de 1921 à 1991.

Katia, la guide, nous accueille le samedi matin pour la visite de la capitale


Place Saint Georges



De  nombreux espaces verts avec des statues en bronze. Dans les églises,  il n'y a que des icônes, mais en ville on rencontre beaucoup de personnages en bronze.




 Il est midi, des marionnettes sortent de la tour




 Tbilissi est arrosé par la Koura


 Les bains turcs


Le bâtiment de la sécurité


Sur  un mont dominant la capitale se dresse les relais des communications. On y accède en funiculaire et on peut  prendre un repas dans le restaurant contigu.