Accéder au contenu principal

Adolphe Yvon, peintre de batailles et portraitiste, né à Eschviller

Adolphe Yvon, peintre de batailles et portraitiste, né à Eschviller


Photos DR
Adolphe Yvon, est né le 30 janvier 1817 à Eschviller, annexe de Volmunster (Moselle). Son père Pierre Nicolas était receveur des douanes royales à Eschviller et sa mère était née Anne Marie Josepha Neumayer. Adolphe Yvon fit ses études au Collège royal Bourbon à Paris. il débute à Dreux (Eure et Loire) dans l’administration des eaux et forêts. Nommé en novembre 1938 à Paris. Il aurait démissionné de son poste après avoir été admis à l’Ecole des Beaux Arts. Il fréquente l’atelier Paul Delaroche. Comme son maître, il s’oriente vers la peinture religieuse. D'ailleurs le tableau de L'assomption de la Vierge est exposée à l'église  de Geudersheim en Alsace.
Il décroche sa première médaille, puis devient portraitiste. Fait un voyage en Russie en 1846. Son oeuvre maîtresse est la bataille de Koulikowo, peinte en 1850 et achetée par  l’empereur de Russie Nicolas 1er en 1858, qui le nomma membre de l’Académie des beaux arts de Saint-Petersbourg. 

Peintre des batailles





La prise de Malakoff


Le 19 février 1856, la frégate Christophe Colomb le transporte spécialement en Crimée où il débarque le 11 avril 1856. Il y peindra des tableaux célèbres de la Campagne de Crimée dont les plus connus sont : La prise de Malakoff, la Gorge de Malakoff, la Courtine de Malakoff et la Charge Eupatoria.. En 1859, il sera le témoin oculaire de la bataille de Solférino en Italie. Mais ce tableau lui attire la disgrâce de l’impératrice, car Napoléon porte un képi. Elle demande qu’il change  et qu’il porte un bicorne, mais Napoléon IIl  n’approuve pas la demande  de son épouse. Le tableau qui lui valut la gloire fut « Le Maréchal Ney soutenant l’arrière garde à la Retraite de Russie»Pour les critiques de l’époque «Adolphe Yvon a été l’un des bons peintres militaires du Second Empire. Les batailles de beaucoup de peintres  sont sorties de leur cerveau. par contre Adolphe Yvon a su s’affranchir et rendre la vérité toute nue» Adolphe Yvon disait: "J’essayais d’abandonner la tradition conventionnelle et de mettre le spectateur  au beau milieu de la lutte. ce sont les coups portés et rendus eu milieu des fusillades et des explosions d’obus.».

Le Maréchal Ney soutenant l’arrière garde à la Retraite de Russie

A Eschviller, la place centrale, à Paris une rue ainsi  qu’à Volmunster   et l’école élémentaire portent son nom.

Joseph Antoine Sprunck

Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’estl’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland
Quand Antoine, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche, est mobilisé le 23 août 1939 au 23 èmeSIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans. 



Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.Il ne retournera avec sa famillehabiterdans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, iln’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite.

Antoine avec ses deux chevaux et René monte un cheval La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq enfants, Yvonne 14 ans, René 13 ans, Marie-Thérèse 10 ans, Valérie 7 ans et Joseph 6 mois. A 43 ans et père de cinq enfants, il ne devrait normalement plus être mobilisé. Antoine va réclame…

Des Lorrains ont participé à un pèlerinage en Géorgie

Pendant huit jours, une trentaine de pèlerins lorrains ont participéà un pèlerinage en Géorgie. Il était initié et dirigé par l’abbé François Riehl. Ce fut l’occasion de découvrir ce pays occupé par les Soviétiques de 1921 à 1991.

Katia, la guide, nous accueille le samedi matin pour la visite de la capitale


Place Saint Georges



De  nombreux espaces verts avec des statues en bronze. Dans les églises,  il n'y a que des icônes, mais en ville on rencontre beaucoup de personnages en bronze.




 Il est midi, des marionnettes sortent de la tour




 Tbilissi est arrosé par la Koura


 Les bains turcs


Le bâtiment de la sécurité


Sur  un mont dominant la capitale se dresse les relais des communications. On y accède en funiculaire et on peut  prendre un repas dans le restaurant contigu.

Les tribulations de Hans Schmidt, prisonnier des Russes.

Hans Schmidt, 92 ans, habite actuellement à Brenschelbach (Sarre) un village limitrophe d’Ormersviller en Moselle. A 17 ans il a dû intégrer la Reichsarbeitsdienst, puis il a été mobilisé. Après les classes, il a été envoyé en Prusse orientale.Son unité a été attaquée par les Russes. Fait prisonnier, il devra travailler durant trois ans dans une mine de charbon en Ukraine du 17 avril 1945 au 29 avril 1948.
Reichsarbeitsdienst

Hans Schmidt lors de notre entretien

Hans Schmidt est né le le 20 juillet 1926 à Beckwiller (Sarre). Son père a été commerçant et a tenu une épicerie à Brenschelbach. Hans y a fréquenté l’école communale, puis a fait des études de droguiste à Zweibrücken puis à Homburg. Elles seront interrompues le 15 décembre 1943 par l’envoi au Reichsarbeitsdienst (RAD Service du travail du Reich) à Lebach (Sarre)

Hans Schmidt militaire

La RAD est une organisation de l'appareil du pouvoir national-socialiste du Troisième Reichdes années 1933 à 1945. À partir de juin 1935 chaque …