Accéder au contenu principal

Rencontre des descendants de la famille de Joseph et Thérèse Huver

 


Le dimanche 30 août 2020, Liliane Huver  a particulièrement invité à un déjeuner festif à l’Auberge du Parc d’Epping les descendants de la famille Huver, meunier de père en fils. Elle   est venue d’Alsace pour se fixer définitivement à Guiderkirch.


Photo Joseph Antoine Sprunck


Une famille d’anciens meuniers


En effet, Nicolas Huver de Silzheim a racheté le moulin inférieur d’Obergailbach en 1846, repris par son fils Paul en 1891. Nicolas Huver a loué le moulin   de Volmunster  de 1882 à 1892. Les  héritiers de Jacques Arnet ont cédé le moulin de Guiderkirch en 1891 à Nicolas Huver qui l’a transformé en maison d’habitation en 1925, alors que c’était un moulin à farine et à huile dont la fondation remonte à 1745.

Il a été construit par Michel Laporte. Il fonctionnait grâce à un bief qui alimentait une roue à godets.  

Le moulin a été repris par son fils Joseph Huver qui a été maire jusqu’à l’annexion de 1940, date à laquelle Erching-Guiderkirch a été rattaché à la commune de Rimling par l’administration allemande.


Tante  Thérèse, une femme dynamique


La tante Thérèse  a dirigé après le décès de son mari l’exploitation agricole avec ses deux fils Robert et Alphonse qui a été secrétaire de mairie et un grand historien. Puis, c’est Liliane et Raymonde qui ont continué à occuper  le moulin. 

Joseph Huver avait épousé Thérèse Sprunck, née  le 22 avril 1891. Elle est décédée le 9 janvier 1973 à l’âge de 81 ans. Elle a perdu son mari Joseph qui a été blessé le 4 janvier  1945 par un éclat d’obus, puis il est décédé dans un hôpital allemand. Je ne connaissais pas ses parents qui étaient mes grands-parents, car ils sont décédés  avant notre retour d’expulsion à Ormersviller en 1946. 


La famille Sprunck


La famille Sprunck est issue   de la famille Guillaume Sprunck d’Altheim qui a survécu à la guerre de Trente ans. Il est enterré dans l’église d’Altheim. Ce village faisait partie de la  Lorraine jusqu’en 1781. Un de ses descendants François Sprunck de Schweyen a épousé  Anne-Marie Meyer le 13 avril 1826 à Ormersviller. Il a été cultivateur et maire d’Ormersviller. Thérèse Huver était ma tante et son fils Antoine était mon parrain. 

Il est né le 24 mars 1920 à Guiderkirch. Il a été marin dans la Marine française, fait prisonnier en juin 1940, libéré en en juillet 1940, incorporé de force en janvier 1943 dans l'armée allemande. Il est tombé en Hongrie à Baracska. D'abord enterré  derrière l'église de Kapolnasnyek derrière l'église puis dans une fosse commune du cimetière allemand de Szekesfehervar (Hongrie)



Antoine Huver marin français de 1939-1940
























Antoine Huver, incorporé de force dans l'armée allemande de janvier 1943 au 19 décembre 1944


qui est tombé le 19 décembre 1944 en Hongrie en tant qu’incorporé de force chez les Allemands.



 Comme je venais souvent à Guiderkirch, je connaissais tous mes cousins Joseph, Alphonse, Robert, Lucien et Marie-Thérèse. J’ai toujours eu de très bons rapports avec l’ensemble des 37 cousins germains Sprunck et leurs descendants.

Bravo et merci à Liliane pour l’organisation de cette cousinade qui a permis à tous de se rencontrer et de mieux se connaître.

                  Joseph Antoine Sprunck le 30 août 2020

Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’est   l’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland Quand Antoine, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche,   est mobilisé le 23 août 1939 au 23 ème   SIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans.  Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.   Il ne retournera avec sa famille   habiter   dans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, il   n’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite. Antoine avec ses deux chevaux dans la cour pavée devant l'écurie. René monte un cheval en 1939. La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq enfants, Yvonne 14 ans, René 13 ans, Marie-Thérèse 10 ans, Valérie 7 ans et Josep

La riche histoire d'Eschviller contée par Auguste Lauer

Auguste Lauer, membre fondateur de la Société d’histoire et d’archéologie de la section de Bitche, a enseigné en 1936 à Eschviller. Très intéressé par l’histoire locale, il a mené comme son collègue Paul Glad à Bousseviller, des recherches historiques sur Eschviller. Avant guerre, Auguste Lauer et son épouse, née Anne Schwartz, enseignaient dans les deux classes à Eschviller, annexe de Volmunster. Nous avons retrouvé un texte écrit en allemand très intéressant qui est une synthèse de nombreux documents connus en 1936. Il nous apprend mieux ce que les habitants d’Eschviller et de la région ont dû subir sous le joug des seigneurs, à cause des guerres et des invasions. Nous l’avons traduit en français pour vous faciliter la lecture. Les textes en italique ont été rajoutés par le traducteur pour une meilleure compréhension. L’histoire d’Eschviller et de sa région proche 1. L ’ âge de pierre Pour l’instant nous ne connaissons pas grand cho

Témoignage d'un appelé sur la guerre d’Algérie de 1962-1963

  Il y a 57 ans, je ne me promenais pas au Bitcherland, mais j’étais en Algérie avec 400 000 autres appelés pour combattre les Fellagas et l’OAS. C’était pour le maintien de l’ordre, mais en réalité c’était une guerre qui a duré de 1954 à 1962. Elle a opposé l'armée française à des insurgés nationalistes algériens regroupés dans l'ALN (Armée de libération nationale) encadrée par le FLN (Front de libération nationale).   En Algérie, quatre départements français, les indigènes n’avaient pas les mêmes droits que les Européens. Comme l’injustice mène toujours à la révolte, la première commença à Sétif et à Souk-Arhas le 8 mai 1945, et   le 1er novembre 1954, tous les opposants   créent le FLN et commencent à commettre des attentats. En février 1956, les appelés partent pour l’Algérie pour le maintien de l’ordre. Le 19 mars 1962 à midi, c’est le cessez le feu, le 3 juillet 1962,   c’est l’indépendance suite au référendum. Et le service militaire est à nouveau ramené à 18 mois