Accéder au contenu principal

Découverte à Ormersviller d’un sanctuaire dédié à Hercule

 A Ormersviller, dans un terrain de la rue de la chapelle qui mène à la chapelle Saint-Joseph, lieu 

Les pierres proviennent de la construction du sanctuaire dédié à Hercule, elles ressemblent à celles  que les Romains employaient

de pèlerinage très fréquenté, un sanctuaire dédié  à Hercule a été découvert par un propriétaire lors de travaux de terrassement.

C’est une découverte fortuite, mais exceptionnelle,  car en France seuls deux autres dédiés à Hercule existent. L’un à Deneuvre  (Meurthe et Moselle) et l’autre à Saint-Rémy de Provence (Bouches du Rhône). La rue de la chapelle est un ancien chemin qui aboutit à la voie romaine que les anciens appelaient « die Koenigstrasse ». Très souvent, les fondations de villas gallo-romaines  sont trouvées lors de travaux. Quatre villas étaient implantées, chaque fois près d’une source à Ormersviller: Steinmaecher,  Langstein (près du virage), An Heiden Brunnen, Hochwald ( près de l’actuel verger du Moulin d’Eschviller). Elles ont été découvertes par André Goret.

  Cette découverte du sanctuaire a été traitée dans deux revues de la Section de Bitche de la Société d’histoire et d’archéologie (SHAL) par Sébastien Schmitt et  ensuite parJeanne-Marie Demarolle, professeur émérite de l’Université de Lorraine.


Une découverte exceptionnelle


Le propriétaire du terrain a arraché en 1997 une haie derrière sa maison, et quelle ne fut pas sa surprise de trouver des fragments  d’une statue en grès de Hercule qu’il déposa dans son jardin d’agrément. 



En 2012, en aménageant un bassin d’eau, il trouve à un mètre de profondeur un vieux mur en pierres calcaires extraites d’une carrière locale. Puis il a pu récupérer de nombreuses tuiles avec les clous, 642 pièces de monnaies romaines, des objets en os ou en bronze, des ex-voto phalliques, des clochettes…




Massue en grès d'Hercule avec noeuds bien visibles


Le propriétaire du terrain, en suivant le conseil de membres de la section de Bitche de la Société d’histoire  et d’archéologie lorraine (SHAL) a remis toutes les trouvailles au Centre archéologique de Bliesbruck, dirigé par Jean-Paul Petit, conservateur en chef du patrimoine départemental. Grâce à lui, l’étude des monnaies et la restauration du mobilier métallique a pu être réalisée par Jeanne-Marie Demarolle, professeur émérite de l’Université de Lorraine, elle  a également fait l’étude des monnaies et du mobilier.


Culte à Hercule


D’après Jeanne-Marie Demarolle, le site dédié à Hercule est cultuel, « son mode d’expression plastique  et cultuel est emprunté à Rome ». Du temps de l’occupation des Romains, Ormersviller était englobé  dans cité des Médiomatriques. «  Les phallus, n’étant   atteints d’aucune pathologie, pourraient marquer l’acquittement d’un voeu.   Les représentations phalliques et les clochettes assurent une connotation religieuse… » La force d’Hercule, « un protecteur puissant est symbolisée par sa massue. »  « La découverte d’Ormersviller n’est pas anodine, car c’est la première représentation d’Hercule retrouvée chez les Médiomatriques et en milieu rural. » Cette trouvaille confirme la romanisation de la région.  Heureusement que le propriétaire des lieux a recueilli  et conservé tous les objets: monnaies, mobiliers, tuiles, pierres.


Un sanctuaire


La présence  d’un fragment de massue d’Hercule,



Monnaie en bronze à l'effigie de l'empereurConstance Chlore, utilisée comme ex-voto

celle des phallus, voire les 642 pièces de monnaies des troisième et quatrième siècle et de quelques clochettes  autoriseraient à penser que l’on venait y faire des voeux.   La force d’Hercule fait de lui « un protecteur puissant, pourvoyeur d’abondance, fonction que symbolise sa massue, indubitablement les représentations phalliques d’Ormersviller, en permettant d’éliminer l’interprétation d’une figure herculéenne purement décorative, donne aux découvertes une connotation religieuse. Il en va de même pour les clochettes sans battant moulées, et à forte raison pour les clochettes miniatures, la miniaturisation apparaissant comme un marqueur cultuel. Les clochettes sont bien attestées pour éloigner la grêle dans les cultes araires, mais aussi plus généralement pour inviter la divinité à prêter une oreille attentive. »



Applique de meuble en bronze représentant Bacchus


Abandon probable au 4 ème siècle


Les monnaies frappées vont « de 260 à 275 et de 294 à 348. Ce  correspond aux périodes d’abandon de Bliesbruck et la villa, dont l’occupation  se réduit dans les années 360 de Reinheim. »  Après quoi « la fréquentation du site se tarit rapidement, aucune monnaie de Valentinien ou de Théodose n’ayant été retrouvée… Le témoignage iconographique d’Ormersviller pourrait prolonger celui de Schwartzenacker ou celui de Niederbronn puisque dans cet espace se dessinent deux « aires herculéennes ». Or « la représentation de la massue avec nodosités en forme de gouttes d’eau est déjà attestée dans la partie orientale de la cité médiomatrique. Incontestablement, les dimensions de la sculpture et la qualité d’exécution signalent un commanditaire aisé, « romanisé », appartenant à l’élite locale… Les représentations phalliques et les clochettes assurent une connotation religieuse… Le rite de l’offrande monétaire est bien connu, mais les monnaies peuvent aussi avoir été utilisées pour payer des frais de culte…La présence d’Hercule  à Ormersviller  confirme. la romanisation des confins médiomatriques »


Souvent, sur les  lieux de cultes païens, s’implantaient ceux des chrétiens. Ce ne fut pas le cas à Ormersviller, car la chapelle Saint-Joseph, construite vers 1890, un haut lieu spirituel du Bitcherland, est distante d’un kilomètre. Les points communs des deux sites, ce sont les ondes telluriques positives, non loin de la voie romaine, par laquelle, les pèlerins  viennent à pied encore aujourd’hui en pèlerinage.


Joseph Antoine Sprunck


Bibliographies: 


- Les ex-voto phalliques et le sanctuaire herculéen d’Ormersviller: des vestiges exceptionnels de Sébastien Schmit

  • Présence d’Hercule à Ormersviller (Moselle)  aux confins orientaux de la cité des médiomatriques: hypothèses de Jeanne Marie Demarolle
  • Les textes entre guillemets sont tirés de l’étude de Jeanne-Marie Demarolle
  • Les lieux des villas situés sur le ban d’Ormersviller ont été repérés par André Goret, ancien pharmacien de Volmunster
  • Crédit photos: Sébastien Schmitt

Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’est   l’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland Quand Antoine, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche,   est mobilisé le 23 août 1939 au 23 ème   SIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans.  Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.   Il ne retournera avec sa famille   habiter   dans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, il   n’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite. Antoine avec ses deux chevaux dans la cour pavée devant l'écurie. René monte un cheval en 1939. La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq enfants, Yvonne 14 ans, René 13 ans, Marie-Thérèse 10 ans, Valérie 7 ans et Josep

La riche histoire d'Eschviller contée par Auguste Lauer

Auguste Lauer, membre fondateur de la Société d’histoire et d’archéologie de la section de Bitche, a enseigné en 1936 à Eschviller. Très intéressé par l’histoire locale, il a mené comme son collègue Paul Glad à Bousseviller, des recherches historiques sur Eschviller. Avant guerre, Auguste Lauer et son épouse, née Anne Schwartz, enseignaient dans les deux classes à Eschviller, annexe de Volmunster. Nous avons retrouvé un texte écrit en allemand très intéressant qui est une synthèse de nombreux documents connus en 1936. Il nous apprend mieux ce que les habitants d’Eschviller et de la région ont dû subir sous le joug des seigneurs, à cause des guerres et des invasions. Nous l’avons traduit en français pour vous faciliter la lecture. Les textes en italique ont été rajoutés par le traducteur pour une meilleure compréhension. L’histoire d’Eschviller et de sa région proche 1. L ’ âge de pierre Pour l’instant nous ne connaissons pas grand cho

Des Lorrains ont participé à un pèlerinage en Géorgie

Pendant huit jours, une trentaine de pèlerins lorrains ont participé   à un pèlerinage en Géorgie. Il était initié et dirigé par l’abbé François Riehl. Ce fut l’occasion de découvrir ce pays occupé par les Soviétiques de 1921 à 1991. Katia, la guide, nous accueille le samedi matin pour la visite de la capitale Place Saint Georges De  nombreux espaces verts avec des statues en bronze. Dans les églises,  il n'y a que des icônes, mais en ville on rencontre beaucoup de personnages en bronze.  Il est midi, des marionnettes sortent de la tour  Tbilissi est arrosé par la Koura  Les bains turcs   Le bâtiment de la sécurité Sur  un mont dominant la capitale se dresse les relais des communications. On y accède en funiculaire et on peut  prendre un repas dans le restaurant contigu. Sa capitale est Tbilissi, 1,4 millions de habitants.  Elle est connue pour son architecture variée et le labyrinthe de rues pavées de sa vieille vi