Accéder au contenu principal

L'histoire de la laiterie de Volmunster

 A l’origine, la laiterie Rinder faisait partie des dépendances du château de Volmunster.   Le  premier propriétaire était Léopold de Bexon, seigneur de Volmunster, Ormersviller et Selven. Elles  ont abrité le personnel affecté à la maison seigneuriale.


Deux maisons de 1778 


Bizarrement le château de Volmunster et  ses dépendances n’ont pas été détruits lors de la dernière guerre. 


Sur le pignon est fixée l'enseigne Peugeot avec le lion. Le  matériel agricole appartient à la famille Rebmann  qui occupait le logement au fond à droite.

Comme les deux maisons ont seulement été endommagées, elles ont été très vite réparées  en 1945.  

Après la guerre   la pharmacie Deconinck a occupé  au début la maison Lambrech et l’autre par  la famille Joseph Rinder qui gérait  une laiterie. Ces deux maisons mitoyennes   ont été construites en 1778, d’après date sur le linteau de la porte d’entrée. 


La gendarmerie



Une parade des gendarmes à cheval .Avant la guerre 1939, ils se déplaçaient à cheval et à bicyclette , après guerre à bicyclette et à moto, et  depuis les années 1950 en voiture et à moto.  


Une partie des dépendances a été également occupée  par les gendarmes avant 1939. Certaines familles de gendarmes habitaient encore chez  l'habitant. La gendarmerie a été transformée en garages après guerre. En 1946, les gendarmes ont occupé  des baraquements à l’entrée de Volmunster en venant de Nousseviller en 1946. Un nouveau bâtiment de deux étages avec cinq logements et des bureaux a été construit dans la rue de Sarreguemines. Il est inoccupé depuis quelques années en raison du regroupement  des gendarmes de Lemberg et de Volmunster à Bitche.

Le destin de la laiterie


A l’origine, Joseph Rinder était propriétaire des deux maisons mitoyennes ainsi que des dépendances. Il  avait un atelier de ferblanterie et un magasin de quincaillerie et de cycles. L’atelier était dans les dépendances et le magasin dans le premier bâtiment au rez-de-chaussée.



La maison en 1945. On voit que le toit est endommagé et l'enseigne de Peugeot enlevée. Le toit sera complètement changé. et le dernier étage  supprimé.


Il a été occupé par la pharmacie après guerre.  Quelques années avant la  guerre,  dans les dépendances, Joseph Rinder a installé une laiterie équipée   d’une immense baratte, il y faisait du beurre qui a été vendu dans les épiceries.  

Joseph, puis son fils Rémy ont ramassé la crème à Volmunster, Eschviller, Weiskirch Nousseviller-lès-Bitche et Ormersviller.   A différentes stations, on écrémait le lait. Le petit lait était rendu au paysan qui le donnait aux porcs. Au retour après la guerre  cette laiterie a fonctionné jusqu’en 1980. 


Démolition des bâtiments


Le  mardi 12 janvier 2022, à la demande du nouveau propriétaire, a débuté la déconstruction des maisons  mitoyennes où ont habité les familles Lambrech et Rinder.  Le  premier propriétaire était Léopold de Bexon, seigneur de Volmunster, Ormersviller et Selven. Elles  ont abrité le personnel affecté à la maison seigneuriale.






Début de la démolition le mardi11 janvier







Le mercredi 12 janvier



Le vendredi 14 janvier à 17 h, les gravats sont enlevés. A droite, on distingue très bien l'ancienne laiterie qui a été transformée en logement.


Joseph Antoine Sprunck


Sources :

Regards sur Volmunster et ses annexes de Rémy Seiwert

Entretien de l'auteur avec Rémy Rinder

PhotosRémy Seiwert et  l'auteur.




 


 

Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’est   l’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland Quand Antoine, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche,   est mobilisé le 23 août 1939 au 23 ème   SIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans.  Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.   Il ne retournera avec sa famille   habiter   dans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, il   n’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite. Antoine avec ses deux chevaux dans la cour pavée devant l'écurie. René monte un cheval en 1939. La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq enfants, Yvonne 14 ans, René 13 ans, Marie-Thérèse 10 ans, Valérie 7 ans et Josep

La riche histoire d'Eschviller contée par Auguste Lauer

Auguste Lauer, membre fondateur de la Société d’histoire et d’archéologie de la section de Bitche, a enseigné en 1936 à Eschviller. Très intéressé par l’histoire locale, il a mené comme son collègue Paul Glad à Bousseviller, des recherches historiques sur Eschviller. Avant guerre, Auguste Lauer et son épouse, née Anne Schwartz, enseignaient dans les deux classes à Eschviller, annexe de Volmunster. Nous avons retrouvé un texte écrit en allemand très intéressant qui est une synthèse de nombreux documents connus en 1936. Il nous apprend mieux ce que les habitants d’Eschviller et de la région ont dû subir sous le joug des seigneurs, à cause des guerres et des invasions. Nous l’avons traduit en français pour vous faciliter la lecture. Les textes en italique ont été rajoutés par le traducteur pour une meilleure compréhension. L’histoire d’Eschviller et de sa région proche 1. L ’ âge de pierre Pour l’instant nous ne connaissons pas grand cho

Témoignage d'un appelé sur la guerre d’Algérie de 1962-1963

  Il y a 57 ans, je ne me promenais pas au Bitcherland, mais j’étais en Algérie avec 400 000 autres appelés pour combattre les Fellagas et l’OAS. C’était pour le maintien de l’ordre, mais en réalité c’était une guerre qui a duré de 1954 à 1962. Elle a opposé l'armée française à des insurgés nationalistes algériens regroupés dans l'ALN (Armée de libération nationale) encadrée par le FLN (Front de libération nationale).   En Algérie, quatre départements français, les indigènes n’avaient pas les mêmes droits que les Européens. Comme l’injustice mène toujours à la révolte, la première commença à Sétif et à Souk-Arhas le 8 mai 1945, et   le 1er novembre 1954, tous les opposants   créent le FLN et commencent à commettre des attentats. En février 1956, les appelés partent pour l’Algérie pour le maintien de l’ordre. Le 19 mars 1962 à midi, c’est le cessez le feu, le 3 juillet 1962,   c’est l’indépendance suite au référendum. Et le service militaire est à nouveau ramené à 18 mois