Accéder au contenu principal

Pourquoi des places publiques dans certains villages du Bitcherland?

Quand des touristes passent à Volmunster, 

 
Une très originale entrée de la place de la Mairie

très souvent, ils s’arrêtent sur la Place de la Mairie 
et s’approchent du bassin de la mémoire et souvent,  ils sont surpris par l’originalité et la beauté de cette place avec son bassin et sa roue à godets.



Le bassin de la mémoire à Volmunster avec la roue à eau, le vieux mur le pont des amoureux.



La Place de la Mairie en 1990

Il en est de même à Ormersviller, Epping, Loutzviller…Ces places ne sont apparues qu’après la deuxième guerre mondiale. Dans ces mêmes villages, les fermes mitoyennes ont disparu pour éviter les incendies. Aucun village du Bitcherland, n'avait avant guerre une place publique 


Destruction des villages


Il faut rappeler que Volmunster ainsi que  17 autres communes du Bitcherland étaient inhabitées  du 1er septembre 1939 jusqu’en mai 1945. De 1939 à 1940, les habitants étaient évacués en Charente et  de  1940 à 1945, ces villages  faisaient  partie intégrante du camp de Bitche. Ainsi, quand ils sont revenus ils ont été expulsés dans le Saulnois et la région messine. Quelques uns étaient carrément restés en Charente jusqu’en 1946. Ces villages



Eglise de Volmunster en 1945

étaient détruits en partie par la guerre mais aussi suite aux manoeuvres de militaires allemands  et les bombardements des Américains  en mars 1945. Ils ont  seulement été libérés le 16 mars 1945. Toutes les maisons, ont été rasées, les déblais ont permis de combler les prés  à la hauteur de la rue de Sarreguemines pour devenir la zone de compensation. 


Photo Hanus

Les moellons ont été déposés en tas et seront utilisés pour reconstruire ma maison démolie.


Reconstruction des villages



La boulangerie a été la première maison a être reconstruite alors que l'église en ruine ne sera rebâtie qu'en 1957.  La rue a déjà été élargie avec les bordures des trottoirs


Comme  tous ces villages étaient détruits  à plus de 75 %, l’Etat a exigé la reconstruction suivant un   plan d’urbanisme.



Procession de la fête Dieu en 1948 dans rue trouée et boueuse

A leur retour,  la majorité de la population est logée dans des baraquements  entre quatre et six ans.

Dans les projets proposés par les urbanistes, il était prévu la rectification de la voirie, la création d’un réseau d’eau potable, la création d’une place publique, l’aménagement d’un terrain de sport, souvent  le déplacement du cimetière à l’extérieur de l’agglomération et l’aménagement d’une zone de compensation pour les bâtiments qui ne pouvaient pas être reconstruits à leur emplacement d’avant guerre. 


Un nouveau village


Ainsi le village a été complètement redessiné par la création  de deux grandes rues, celle de Sarreguemines  et celle de Bitche et par l’aménagement d’une place centrale entourée de l’école-mairie, un restaurant, la caserne des  sapeurs-pompiers et de deux bâtiments commerciaux. Une autre place a été aménagée près de l’église où l’on trouve non loin un cabinet médical, la Poste, l’école maternelle, le périscolaire et le presbytère.


La plus originale est celle de Volmunster



La place de la mairie en février 2022


Nouvelle jonction entre les rues de Sarreguemines et Bitche. On distingue bien le nouveau pont sur la Nesselbach. Les bâtiments que l'on  voit à gauche seront rasés.


C’est grâce à la création de la jonction de la rue de Sarreguemines avec celle de Bitche  que  

la Place de  la mairie a pu être créée  en 1954. Elle se transformera rapidement en un grand parking sans vie. Pour y remédier,  la municipalité a aménagé  les espaces verts prévus par le Plan d’urbanisme en 1967. En 1989, l’aménagement du croisement des rues de Bitche et  de Sarreguemines. ainsi que la Place de la Mairie est réalisé,. Les rues sont rétrécies pour  réduire la vitesse des voitures. Par la même occasion, il a fallu rendre la place plus accueillante et vivante.


Le bassin de la mémoire


Pour rappeler ce qu’ont vécu les habitants de Volmunster durant la guerre de 1939-1945, une plaque de mémoire a été fixée sur le mur de l’église le 16 mars 1985. 

En 1992, d’après un projet de Pierre-Marie Brubach, architecte du Parc Naturel Régional des Vosges du Nord, est créé un bassin d’agrément avec  une roue à aubes qui tourne grâce à l’alimentation en eau. Elle rappelle l’implantation  des seize moulins à eau  sur la Schwalb, alors que  le vieux mur en grès, fait penser à la destruction du village lors de la dernière guerre.


Un lieu de vie




Le clapotis de l’eau de la roue à aubes qui tourne au-dessus de ce bassin d’eau,  encadré d’un mur rustique, a donné une âme à la Place de la Mairie. Les bancs  publics permettent au   randonneur de se reposer et aux seniors de discuter ensemble.


Joseph Antoine Sprunck

 

Sources:  Documentation personnelle

Photos de l'auteur et  de sa collection personnelle


Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’est   l’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland Quand Antoine Sprunck, cultivateur, âgé de 45 ans, père de 5 enfants, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche,   est mobilisé le 23 août 1939 au 23 ème   SIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans.  Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.   Il ne retournera avec sa famille   habiter   dans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, il   n’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite. Antoine avec ses deux chevaux dans la cour pavée devant l'écurie. Son fils René, âgé de 13 ans, monte un cheval en 1939. La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq e

Guerre d'Algérie: témoignage d'un ancien appelé du contingent de 1961-1963

Il y a 60 ans, je ne me promenais pas au Bitcherland, mais j’étais en Algérie avec 400 000 autres appelés pour combattre les Fellagas et l’OAS. C’était pour le maintien de l’ordre, mais en réalité c’était une guerre qui a duré 8 ans de 1954 à 1962. Elle a opposé l'armée française à des insurgés nationalistes algériens regroupés dans l'ALN (Armée de libération nationale) encadrée par le FLN (Front de libération nationale).  En Algérie, quatre départements français, les indigènes n’avaient pas les mêmes droits que les Européens. Comme l’injustice mène toujours à la révolte, la première commença à Sétif et à Souk-Arhas le 8 mai 1945, et  le 1er novembre 1954, tous les opposants  créent le FLN et commencent à commettre des attentats. En février 1956, les appelés partent pour l’Algérie pour le maintien de l’ordre. Le 19 mars 1962 à midi, c’est le cessez le feu, le 5 juillet 1962,  c’est l’indépendance suite au référendum. Et le service militaire est à nouveau ramené à 18 mois, et c’

La riche histoire d'Eschviller contée par Auguste Lauer

Auguste Lauer, membre fondateur de la Société d’histoire et d’archéologie de la section de Bitche, a enseigné en 1936 à Eschviller. Très intéressé par l’histoire locale, il a mené comme son collègue Paul Glad à Bousseviller, des recherches historiques sur Eschviller. Avant guerre, Auguste Lauer et son épouse, née Anne Schwartz, enseignaient dans les deux classes à Eschviller, annexe de Volmunster. Nous avons retrouvé un texte écrit en allemand très intéressant qui est une synthèse de nombreux documents connus en 1936. Il nous apprend mieux ce que les habitants d’Eschviller et de la région ont dû subir sous le joug des seigneurs, à cause des guerres et des invasions. Nous l’avons traduit en français pour vous faciliter la lecture. Les textes en italique ont été rajoutés par le traducteur pour une meilleure compréhension. L’histoire d’Eschviller et de sa région proche 1. L ’ âge de pierre Pour l’instant nous ne connaissons pas grand cho