Accéder au contenu principal

Evacuation à pied en 1944 par plusieurs familles du Bitcherland

 

Evacuation à pied  lors des batailles en Moselle en 1944 par plusieurs famille du Bitcherland


Photo DR


Les actuels  événements en Ukraine rappellent aux derniers survivants  cette évacuation à pied durant la deuxième guerre mondiale dans des conditions très dangereuses et cela les émeut beaucoup.

Le 30 septembre 1944, après la tombée de la nuit, les familles Jean Fischer d’Eschviller, Jean Meyer et Jean Fischer de Volmunster, Jacques Meyer et Antoine Sprunck ont quitté Manhoué à pied avec leurs valises. 


Arrivée des Américains


Le 13 septembre 1944, Manhoué est investi par les Américains. Des soldats allemands sont tués,  les prisonniers allemands déposent les dépouilles de leurs camarades dans notre grange avant de les enterrer. C’est la première fois que Joseph, âgé de 5 ans, voit des hommes morts, qui ne bougent plus. Aussitôt, il rejoint ses parents et se jettent dans la jupe de sa mère pour pleurer. 

Quand  Joseph reverra en 1962 des rebelles  tués en Algérie, cela le fera penser à ces soldats allemands morts pour rien. A chaque fois que les soldats ont tué un rebelle algérien, ils l’ont attaché à l’avant du véhicule et l’ont ramené comme un trophée de chasse. Joseph s’est chargé chaque fois de l’enterrement de ces rebelles morts. 

Durant chaque guerre, le soldat devient un chasseur d’hommes, un véritable prédateur. Il le devient sans le vouloir réellement, car des camarades sont tombés à côté de lui, et tout doucement un esprit de vengeance s’imprègne dans sa mentalité sans qu’il s’en aperçoive. 

Il ne reste à Manhoué, le 30 septembre 1944 que les Mosellans et les Polonais. 


Comment communiquer avec les Américains,


Les Américains, nous prennent pour des Allemands. Heureusement  que les Polonais parlent aux soldats américains, d’origine polonaise et expliquent la situation  des habitants de ce village. L’atmosphère se détend, et les Américains distribuent du chewing-gum et du chocolat à tout le monde, Joseph aura le droit de monter dans un tank. Ils restent deux à trois jours, puis quittent le village. 


Première victime 


Le 27 septembre 1944, deux chars allemands entrent au village,  Jean Fischer, originaire d’Eschviller, commune de Volmunster,  est atteint d’une balle, alors qu’il rentrait les canards qui se promenaient sur la route, ensuite les chars rebroussent chemin. Joseph est témoin de la scène et il appelle son père qui vient  aussitôt au secours du blessé. Hélas, celui-ci meurt rapidement et  sera enterré près de l’écurie de la maison qu’il occupait. Trois jours après, le 30 septembre les habitants sont invités par les Américains à rejoindre à pied après la tombée de la nuit, le village d’Aboncourt-sur-Seille, distant de deux kilomètres. Le transport par camion est trop visible.  C’est loin, quand des tirs traçants  passent  au-dessus de votre tête. Chacun porte ce qu’il peut,  les grandes personnes des valises, les enfants des sacs ou toutes sortes d’objets hétéroclites. Joseph, a maintenant cinq ans, il porte  les chaussures de dimanche de son père dans une main, et dans l’autre  le bidon à lait de 3 litres avec  à l’intérieur le réveil et un coutelas.  Beaucoup de grandes personnes pleurent, car pendant toute la marche, on entend la bataille faire rage et des tirs traçants traversent le ciel. Personne ne parle, chacun marche aussi vite que possible.  Tout le monde a hâte de trouver un abri. La peur fait accélérer  Mathilde  , originaire d’Ormersviller, elle n’arrive plus à suivre avec son landau où est couché  son dernier fils. Elle le prend   dans ses bras et pousse le landau dans le fossé.  


Transport en GMC


Enfin, la colonne de réfugiés, arrive par chance sans incident à Aboncourt.  Dans le plus grand silence, les familles avec tout ce qu’elles pouvaient emporter,  embarquent sur des GMC américains qui les emmènent à Nancy libéré.

Ils seront pris en charge par la Croix Rouge et le Secours National. Tout le monde est logé dans une école désaffectée 12, rue de Serre à Nancy jusqu’au 15 novembre 1944. Midi et soir, on servira des pâtes. A peine arrivé, l’argent allemand est changé en argent français.  Le 5 octobre 1944, la police nationale établit à Antoine une carte d’identité française au vu du certificat de domicile et du livret de famille. 


Joseph Antoine Sprunck




Témoignages de Germaine Faber, née Fischer et de l’auteur.  

Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’est   l’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland Quand Antoine, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche,   est mobilisé le 23 août 1939 au 23 ème   SIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans.  Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.   Il ne retournera avec sa famille   habiter   dans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, il   n’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite. Antoine avec ses deux chevaux dans la cour pavée devant l'écurie. René monte un cheval en 1939. La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq enfants, Yvonne 14 ans, René 13 ans, Marie-Thérèse 10 ans, Valérie 7 ans et Josep

Guerre d'Algérie: témoignage d'un ancien appelé du contingent de 1962-1963

Il y a 57 ans, je ne me promenais pas au Bitcherland, mais j’étais en Algérie avec 400 000 autres appelés pour combattre les Fellagas et l’OAS. C’était pour le maintien de l’ordre, mais en réalité c’était une guerre qui a duré de 1954 à 1962. Elle a opposé l'armée française à des insurgés nationalistes algériens regroupés dans l'ALN (Armée de libération nationale) encadrée par le FLN (Front de libération nationale).   En Algérie, quatre départements français, les indigènes n’avaient pas les mêmes droits que les Européens. Comme l’injustice mène toujours à la révolte, la première commença à Sétif et à Souk-Arhas le 8 mai 1945, et   le 1er novembre 1954, tous les opposants   créent le FLN et commencent à commettre des attentats. En février 1956, les appelés partent pour l’Algérie pour le maintien de l’ordre. Le 19 mars 1962 à midi, c’est le cessez le feu, le 3 juillet 1962,   c’est l’indépendance suite au référendum. Et le service militaire est à nouveau ramené à 18 mois, e

La riche histoire d'Eschviller contée par Auguste Lauer

Auguste Lauer, membre fondateur de la Société d’histoire et d’archéologie de la section de Bitche, a enseigné en 1936 à Eschviller. Très intéressé par l’histoire locale, il a mené comme son collègue Paul Glad à Bousseviller, des recherches historiques sur Eschviller. Avant guerre, Auguste Lauer et son épouse, née Anne Schwartz, enseignaient dans les deux classes à Eschviller, annexe de Volmunster. Nous avons retrouvé un texte écrit en allemand très intéressant qui est une synthèse de nombreux documents connus en 1936. Il nous apprend mieux ce que les habitants d’Eschviller et de la région ont dû subir sous le joug des seigneurs, à cause des guerres et des invasions. Nous l’avons traduit en français pour vous faciliter la lecture. Les textes en italique ont été rajoutés par le traducteur pour une meilleure compréhension. L’histoire d’Eschviller et de sa région proche 1. L ’ âge de pierre Pour l’instant nous ne connaissons pas grand cho