Accéder au contenu principal

La gestion écologique de la vallée de la Schwalb à Volmunster

Suite aux inondations  du 15 octobre 1981 où 87 mm d’eau sont tombés en 24 h sur le bassin versant de la Schwalb.  Weiskirch et Volmunster étaient inondés, car  le lit supérieur  du ruisseau, non entretenu, était recouvert  d’une végétation luxuriante et freinait l’écoulement de l’eau. La commune signe une convention le 18 juin 1987 avec le Parc Naturel régional des Vosges du Nord. La commune  de Volmunster, achète toutes les parcelles et fait nettoyer  la  vallée, réalise un enclos et en 1992, le Parc met à la disposition de 



  

 


Les Highlands Cattle sont leur parc durant toute l'année. On hiver on leur apporte du foin chaque matin.


la commune une quinzaine de Highlands Cattle. Que les agents communaux surveillent. Depuis l’entretien  du lit de la Schwalb et la gestion écologique de la vallée, les crues n’ont plus inondée les villages ni les moulins.

La vache Highland est la douce géante d’Écosse. Avec ses longues cornes et ses mèches flamboyantes, cet animal emblématique est facilement reconnaissableLa vache Highland est la plus ancienne race bovine enregistrée au mondeC’est une vache rustique et conçue pour résister aux conditions difficiles des Highlands écossais. Leur long pelage est en fait composé de deux couches de poils : le poils extérieur huileux et très long, qui recouvre un sous-poil laineux. Les taureaux peuvent peser jusqu’à 800 kg et les vaches jusqu’à 500 kg. Leur lait contient généralement une teneur élevée de matière grasse.La longue fourrure caractéristique de la vache Highland la garde au chaud durant l’hiver, forme une barrière contre les branchages et broussailles, protège les yeux des mouches et lui donne la magnifique allure à laquelle elle doit sa popularité. 




Les poils sont plus courts en été et poussent moins longs lorsqu’elles sont élevées dans les climats du Sud. Grâce à leurs longs poils elles n’ont pas besoin de faire de réserves de graisse comme d’autres races bovines.Ce sont des animaux très dociles, qui ne se montrent jamais agressifs et sont faciles à garder et manipuler. Au sein d’un troupeau, chaque animal a une grande compréhension de la hiérarchie sociale du groupe et ne se bat jamais avec les autres. Les vaches Highland apprécient également la compagnie des humains. Elles s’approchent souvent des promeneurs en quête d’une caresse.En général, tant qu’ils ont accès à de l’eau fraîche à volonté, ces animaux prospèrent. La vache Highland est pleine de ressources : elle peut manger presque n’importe quoi, y compris du sumac vénéneux, du chèvrefeuille, les feuilles d’arbre accessibles ou encore des cèdres. En fait, un troupeau qui a faim nettoiera entièrement une forêt le plus haut possible. Ces merveilleux animaux sont rustiques et sont capables de prospérer dans des pâturages pauvres où d’autres espèces dépériraient. La seule période où il est déconseillé de s’approcher de la vache Highland, 


 

 


Les Highlands Cattle. et leurs veaux


c’est lorsqu’elle est avec son veau. La vache Highland est une mère fantastique et se montre défensive et protectrice avec ses bébés.

Fait amusant n°8 : Les femelles Highland se reproduisent souvent jusqu’à plus de 18 ans et peuvent élever jusqu’à 15 veaux dans leur vie ! Impressionnant, non ?

La vache vêle seule, sans besoin d’aide, et donne généralement naissance à un petit veau entre 20 et 35 kg, qui grandira très vite une fois né. Le fait que les veaux soient plutôt petits et fins et que les mères possèdent un bassin large réduisent les complications lors du vêlage telles que les césariennes et  prolapsus.

Il n’y a pas que les mères qui prennent soin de leur veau et le protègent des prédateurs : tout le troupeau a pour priorité de protéger les petits.


                                         Joseph Antoine Sprunck


Sources: Parc Naturel Régional des Vosges du Nord

Photos de l'auteur

 

 


 

Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’est   l’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland Quand Antoine Sprunck, cultivateur, âgé de 45 ans, père de 5 enfants, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche,   est mobilisé le 23 août 1939 au 23 ème   SIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans.  Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.   Il ne retournera avec sa famille   habiter   dans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, il   n’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite. Antoine avec ses deux chevaux dans la cour pavée devant l'écurie. Son fils René, âgé de 13 ans, monte un cheval en 1939. La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq e

Guerre d'Algérie: témoignage d'un ancien appelé du contingent de 1961-1963

Il y a 60 ans, je ne me promenais pas au Bitcherland, mais j’étais en Algérie avec 400 000 autres appelés pour combattre les Fellagas et l’OAS. C’était pour le maintien de l’ordre, mais en réalité c’était une guerre qui a duré 8 ans de 1954 à 1962. Elle a opposé l'armée française à des insurgés nationalistes algériens regroupés dans l'ALN (Armée de libération nationale) encadrée par le FLN (Front de libération nationale).  En Algérie, quatre départements français, les indigènes n’avaient pas les mêmes droits que les Européens. Comme l’injustice mène toujours à la révolte, la première commença à Sétif et à Souk-Arhas le 8 mai 1945, et  le 1er novembre 1954, tous les opposants  créent le FLN et commencent à commettre des attentats. En février 1956, les appelés partent pour l’Algérie pour le maintien de l’ordre. Le 19 mars 1962 à midi, c’est le cessez le feu, le 5 juillet 1962,  c’est l’indépendance suite au référendum. Et le service militaire est à nouveau ramené à 18 mois, et c’

La riche histoire d'Eschviller contée par Auguste Lauer

Auguste Lauer, membre fondateur de la Société d’histoire et d’archéologie de la section de Bitche, a enseigné en 1936 à Eschviller. Très intéressé par l’histoire locale, il a mené comme son collègue Paul Glad à Bousseviller, des recherches historiques sur Eschviller. Avant guerre, Auguste Lauer et son épouse, née Anne Schwartz, enseignaient dans les deux classes à Eschviller, annexe de Volmunster. Nous avons retrouvé un texte écrit en allemand très intéressant qui est une synthèse de nombreux documents connus en 1936. Il nous apprend mieux ce que les habitants d’Eschviller et de la région ont dû subir sous le joug des seigneurs, à cause des guerres et des invasions. Nous l’avons traduit en français pour vous faciliter la lecture. Les textes en italique ont été rajoutés par le traducteur pour une meilleure compréhension. L’histoire d’Eschviller et de sa région proche 1. L ’ âge de pierre Pour l’instant nous ne connaissons pas grand cho