Accéder au contenu principal

Le castor s'installe dans les vallées de la Horn et de la Schwalb

 




Un suivi de terrain depuis plusieurs années a permis à François Wecker, retraité de l’Office National de la Chasse et de la Faune sauvage, d‘établir une synthèse sur le retour de cette espèce sauvage, au Bitcherland, après plusieurs siècles d’absence. Pour mieux comprendre ce processus, nous l’avons rencontré.
 
Comment expliquez-vous ce retour ?
Provenant d’animaux relâchés de 1994 à 2001 dans le Land Sarre (Allemagne), le plus grand rongeur d’Europe qui vient d’enrichir notre biodiversité locale, a colonisé le bassin hydrographique de la rivière Horn et de la Schwalb via les cours d’eau de la Blies et du Schwarzbach côté allemand, dès les années 2010/2011.

Comment a-t-on remarqué son retour ?
Le castor ne rentre pas en léthargie hivernale ; essentiellement végétivore, il a donc besoin pour se nourrir durant la période de repos végétal, de couper des arbres principalement des salicacées, saules etc.   il en consomme l’écorce et utilise les branches du houppier pour se constituer des réserves et  consolider son terrier hutte. Ces indices sont particulièrement visibles en hiver. Son origine nouvelle est confirmée par l’analyse génétique de poils de castor prélevés sur la commune de Liederschiedt en 2014. Elle confirme à 99.9% qu’il s’agit du castor de l’Elbe, le  castor (fiber Linné/albicus) sous espèce qui correspond à la souche allemande réintroduite.

Photo Denis Michel
La coupe en biseau réalisée par un castor

Avez-vous fait vous-même un état des lieux ?

Ce travail personnel est un premier état des lieux        ponctuel, retraçant chronologiquement le déroulement de l’étude par : une rétrospective, et  le suivi de terrain avec  cartographie, les constats, la situation actuelle  et  la communication entreprise avec analyse  des facteurs positifs générés et enfin les conclusions et perspectives.

Avez-vous fait des photographies ?

Oui, un important crédit photos réalisé au cours des années avec le concours de Denis Michel, naturaliste et photographe amateur de Walschbronn, visualise les indices de présence réels sur les rives de la Horn et de ses affluents, faisant preuve de survie et d’intégration de l’animal. 



L'habitat du castor est sous cette hutte


Avec les écorces, il fait les réserves pour l'hiver


Les castor se déplaçant dans l'eau



La population est-elle au courant de la présence du castor ?
Oui, d’ailleurs,  les remarques portant sur la communication nécessaire effectuée à l’attention de la population, démontre à quel point l’apparition d’une espèce sauvage nouvelle et méconnue, peut bouleverser l’ordre établi dans un milieu naturel et sa faune existante, et influencer les us et coutumes des autochtones, suscitant craintes et intérêts divers au sein de notre société contemporaine.

La présence du castor sera-t-elle durable ?

Les conclusions et perspectives, fixent le lecteur de ma synthèse sur l’avenir de cet animal protégé qui de toute évidence semble s’être installé durablement dans nos vallées marécageuses des Vosges du nord. L’estimation de ses effectifs bien que difficile, est de 8 à 12 sujets, composés en deux familles. Son extension future est possible, tout en insistant sur les devoirs et obligations légales des uns et des autres pour pérenniser sa survie.


François Wecker,  premier à gauche, guidant un groupe de jeunes sur la trace du castor 

Les autorités concernées ont-elle-été informées ?
Phase considérée comme primordiale lors de ce retour spontané, cette information a été menée au niveau local, régional et transfrontalier, lors de réunions et de sorties organisées sur le terrain. Une note historique et technique, ainsi qu’un courrier d’intervention auprès des responsables chargés de la gestion des masses d’eau, la complètent. Cette synthèse réalisée sous forme de brochure, s’inscrit prioritairement dans une démarche instructive et d’information générale.

A qui est-elle destinée ?

Un exemplaire sera transmis à toutes les communes du bassin versant de la Horn ainsi qu’aux différentes administrations concernées ; elle pourra être consultée par les particuliers intéressés, sur les sites internet suivants : www.walschbronn .fr ou être transmis sur demande  au Parc Naturel Régional des Vosges du Nord.



Joseph Antoine Sprunck

Toutes les photos ont été réalisées par Denis Michel

 

Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’est   l’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland Quand Antoine Sprunck, cultivateur, âgé de 45 ans, père de 5 enfants, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche,   est mobilisé le 23 août 1939 au 23 ème   SIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans.  Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.   Il ne retournera avec sa famille   habiter   dans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, il   n’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite. Antoine avec ses deux chevaux dans la cour pavée devant l'écurie. Son fils René, âgé de 13 ans, monte un cheval en 1939. La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq e

Guerre d'Algérie: témoignage d'un ancien appelé du contingent de 1961-1963

Il y a 60 ans, je ne me promenais pas au Bitcherland, mais j’étais en Algérie avec 400 000 autres appelés pour combattre les Fellagas et l’OAS. C’était pour le maintien de l’ordre, mais en réalité c’était une guerre qui a duré 8 ans de 1954 à 1962. Elle a opposé l'armée française à des insurgés nationalistes algériens regroupés dans l'ALN (Armée de libération nationale) encadrée par le FLN (Front de libération nationale).  En Algérie, quatre départements français, les indigènes n’avaient pas les mêmes droits que les Européens. Comme l’injustice mène toujours à la révolte, la première commença à Sétif et à Souk-Arhas le 8 mai 1945, et  le 1er novembre 1954, tous les opposants  créent le FLN et commencent à commettre des attentats. En février 1956, les appelés partent pour l’Algérie pour le maintien de l’ordre. Le 19 mars 1962 à midi, c’est le cessez le feu, le 5 juillet 1962,  c’est l’indépendance suite au référendum. Et le service militaire est à nouveau ramené à 18 mois, et c’

La riche histoire d'Eschviller contée par Auguste Lauer

Auguste Lauer, membre fondateur de la Société d’histoire et d’archéologie de la section de Bitche, a enseigné en 1936 à Eschviller. Très intéressé par l’histoire locale, il a mené comme son collègue Paul Glad à Bousseviller, des recherches historiques sur Eschviller. Avant guerre, Auguste Lauer et son épouse, née Anne Schwartz, enseignaient dans les deux classes à Eschviller, annexe de Volmunster. Nous avons retrouvé un texte écrit en allemand très intéressant qui est une synthèse de nombreux documents connus en 1936. Il nous apprend mieux ce que les habitants d’Eschviller et de la région ont dû subir sous le joug des seigneurs, à cause des guerres et des invasions. Nous l’avons traduit en français pour vous faciliter la lecture. Les textes en italique ont été rajoutés par le traducteur pour une meilleure compréhension. L’histoire d’Eschviller et de sa région proche 1. L ’ âge de pierre Pour l’instant nous ne connaissons pas grand cho