Accéder au contenu principal

Visite d'Emile Esch, descendant du meunier d'Eschviller

 
 Photo J.A.S.

 Émile Esch au milieu avec la canne, entouré de sa famille.

Émile Esch86 ans, revient  au moulin d’Eschviller où il est né le 24 janvier 1930. Son père a été l’avant dernier meunier.  Il y est revenu en pèlerinage avec toute sa famille.


C’est Fernand Kanzler, guide au  moulin, ami de la famille, qui a accueilli Émile Esch au Moulin d’Eschviller avec sa famille. C’est avec beaucoup d’émotion que notre visiteur particulier nous raconte: « Je suis né au moulin d’Eschviller en janvier 1930 et au mois d’août  de la même année mon père est décédé. Je n’ai donc pas connu mon père. Ce fut très dur pour ma mère de continuer à gérer cette entreprise comprenant le moulin, la ferme et l’auberge.  Mon père   avait géré d’une main de maître ce moulin et a su innover. Entièrement dépassée par cette  gestion difficile, elle est retournée à Rolbing d’où elle était originaire.»

Herbert Esch avant dernier meunier au Moulin d'Eschviller

Un moulin performant

Émile Esch est le fils de Herbert Esch, demi-frère des frères Steinmann, cultivateurs et meuniers à Dorst qui ont acheté le moulin d’Eschviller le 6 mai 1923 à Georges Finck. Fernand Kanzler précise:  « Herbert Esch est un meunier et cultivateur compétent et travailleur. Il gère non seulement le moulin, mais aussi la ferme d’une vingtaine de hectares. Il commence à livrer la farine à domicile. Les meuniers  des moulins de Loutzviller, de Volmunster et  de la  Blumenauermuhle en feront autant. Son moulin fonctionnera avec une seule roue à aubes courbées de 5 m de diamètre qui remplace trois roues à aubes plates de 4,50 m de diamètres. Le moulin comporte également  un broyeur à cylindres pour le grain et un autre pour convertir les gruaux à farine. Il a également une scie à haut fer qui sert à scier des planches pour les paysans  du Pays de Volmunster qui y amènent des grumes de peupliers, de hêtre ou de chêne.  De plus, sa roue à aubes sert également pour actionner une batteuse et un pressoir. Alors que Herbert  Esch gère le moulin et la ferme et son épouse Catherine Fink tient l’auberge. »   Hélas en août 1930, Herbert Esch décède. Catherine Fink essaie de maintenir l’exploitation en activité avec l’aide de domestiques. Mais après 18 mois infructueux, elle retourne à Rolbing, son village natal."

Le moulin d'Eschviller vers 1920

Du déclin au renouveau

Pour que la famille d’ Émile Esch comprenne bien l’évolution du site du moulin,  le guide Fernand Kanzler leur explique:  « Les frères Steinmann revendent le moulin le 3 mars 1932 à Michel Barthel qui rénove le moulin, mais  arrête  rapidement la meunerie n’ayant pas assez de clients. Il  continue à concasser  les céréales pour les animaux.  Il préfère rester dans l’agriculture, mais sa ferme brûle en 1935. Il ne la reconstruit plus. Quand il vend le moulin et les terres à Edmond Adam la propriété est réduite à 12 ha. Le moulin est détruit durant la guerre,il est racheté en 1960 par Gérard Sprunck. La commune de Volmunster l’acquiert en 1976 pour devenir un centre de techniques rurales. ,Le 7 juillet 1979, la première pierre du moulin est posée par le préfet de Lorraine Jean Brenas. L’auberge sera ouverte le 1 er juillet 1983 et le 16 mai 1987, Jean-Marie Rausch, président du conseil régional, ancien minotier, remet officiellement le moulin à grains en marche. »  Depuis le site touristique s’est agrandi du musée de la scierie à planches, d’un rucher pédagogique et d’un verger de démonstration. 


Fortement  impressionnée par la visite, la famille Esch compte revenir sur le site où le père et le grand-père est né. 

Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’est   l’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland Quand Antoine Sprunck, cultivateur, âgé de 45 ans, père de 5 enfants, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche,   est mobilisé le 23 août 1939 au 23 ème   SIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans.  Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.   Il ne retournera avec sa famille   habiter   dans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, il   n’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite. Antoine avec ses deux chevaux dans la cour pavée devant l'écurie. Son fils René, âgé de 13 ans, monte un cheval en 1939. La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq e

Guerre d'Algérie: témoignage d'un ancien appelé du contingent de 1961-1963

Il y a 60 ans, je ne me promenais pas au Bitcherland, mais j’étais en Algérie avec 400 000 autres appelés pour combattre les Fellagas et l’OAS. C’était pour le maintien de l’ordre, mais en réalité c’était une guerre qui a duré 8 ans de 1954 à 1962. Elle a opposé l'armée française à des insurgés nationalistes algériens regroupés dans l'ALN (Armée de libération nationale) encadrée par le FLN (Front de libération nationale).  En Algérie, quatre départements français, les indigènes n’avaient pas les mêmes droits que les Européens. Comme l’injustice mène toujours à la révolte, la première commença à Sétif et à Souk-Arhas le 8 mai 1945, et  le 1er novembre 1954, tous les opposants  créent le FLN et commencent à commettre des attentats. En février 1956, les appelés partent pour l’Algérie pour le maintien de l’ordre. Le 19 mars 1962 à midi, c’est le cessez le feu, le 5 juillet 1962,  c’est l’indépendance suite au référendum. Et le service militaire est à nouveau ramené à 18 mois, et c’

La riche histoire d'Eschviller contée par Auguste Lauer

Auguste Lauer, membre fondateur de la Société d’histoire et d’archéologie de la section de Bitche, a enseigné en 1936 à Eschviller. Très intéressé par l’histoire locale, il a mené comme son collègue Paul Glad à Bousseviller, des recherches historiques sur Eschviller. Avant guerre, Auguste Lauer et son épouse, née Anne Schwartz, enseignaient dans les deux classes à Eschviller, annexe de Volmunster. Nous avons retrouvé un texte écrit en allemand très intéressant qui est une synthèse de nombreux documents connus en 1936. Il nous apprend mieux ce que les habitants d’Eschviller et de la région ont dû subir sous le joug des seigneurs, à cause des guerres et des invasions. Nous l’avons traduit en français pour vous faciliter la lecture. Les textes en italique ont été rajoutés par le traducteur pour une meilleure compréhension. L’histoire d’Eschviller et de sa région proche 1. L ’ âge de pierre Pour l’instant nous ne connaissons pas grand cho