Accéder au contenu principal

Une fille de Harki se souvient du combat qu’elle a mené pour réussir

 


Hafida Chabi l'auteur du livre "Un combat tranquille "


Hafida Chabi, fille de  Harki, vient de publier son autobiographie « Un combat tranquille ».  Hafida nous parle du déracinement de la famille, de  son arrivée au camp militaire de Bitche avec ses parents et les frères et soeurs. Elle y décrit surtout le combat qu’elle a mené pour réussir dans la vie. 


Fin de la guerre d’Algérie


Il y a 60 ans,  l’Algérie a conquis sa liberté perdue en 1830, après huit ans de combats contre l’occupation de la France, le cessez le feu est signé le 19 mars 1962 et le 3 juillet 1962 l’indépendance est reconnue par la France après le référendum du 1 er juillet. De 1954 à 1962, 30 000 soldats français sont morts durant cette guerre d’après l’historien Benjamin Stora.  Les appelés retournent dans leur famille, les Européens et les Harkis  sont rapatriés en France, souvent dans des conditions très précaires.   Durant cette année 1962, environ 25 000 ont fui  vers la France avec femmes et enfants, mais pas tous loin de là.  En effet,   plusieurs dizaines  de milliers de Harkis ont été massacrés en Algérie, car ils ont été considérés comme des traîtres.  Tous ceux qui ont vécu cette période, méconnue par beaucoup, ont été marqués par elle et ne l’ont pas oubliée. Nous avons rencontré Hafida Chabi, fille de  Harki qui avait 5 ans en 1962. Elle   vient de publier son autobiographie « Un combat tranquille ».   


Déception et déracinement



Le camp de Bitche a été créé en 1900 par les Allemands durant l'annexion de l'Alsace-Moselle  


En arrivant au camp de Bitche,  les familles sont logées dans un grand bâtiment où la salle était




partagée avec d’autres familles. Pour avoir un chez soi, « des couvertures ont été suspendues du plafond au sol pour servir de cloisons » nous indique  Hafida.  Quitter sa maison,  son village Jijel en petite Kabylie pour atterrir dans un camp et y rester durant treize ans, c’est une vraie  difficulté d’adaptation de la famille dans ce pays. Pourquoi   n' a-t-on pas logé dans les bâtiments vides de Bitche ces familles dont le père  a combattu aux côtés des militaires français?  C’est seulement en 1975, qu’on attribue un logement décent à chaque famille de harki. Enfin en 1980, un logement HLM leur a été attribué. 



Hafida  qui aime  la liberté  sera seule à s’insurger contre la tradition que son père veut faire respecter. Il la réprouve, mais dans son regard  Hafida lit une lueur de fierté. Elle voudrait lui poser des questions sur son engagement dans l’armée française qui n’a  eu aucune reconnaissance pour son aide  lors de la guerre d’Algérie, mais elle n’osait pas.


L’école



Cette chapelle servait de salle de classe  pour les enfants  de Harkis de 6 à 12 ans 


Arrivée en France, Afida va fréquenter l’école de Bitche-Camp, puis le collège Jean-Jacques Kieffer. Lors de la fête du collège, son professeur principal lui demande de se présenter, car beaucoup, ne savent pas quel rôle ont joué les Harkis lors de la guerre d’Algérie. Elle a terminé par un constat: «  Depuis que je suis ici, je n’ai pas encore d’amis de mon âge, comme en Algérie, dans mon village.  »     Tout le monde applaudit, sauf son père qui « sans doute aurait-il aimé voir, ce soir-là, mon frère à ma place. A la place d’honneur,  c’est un garçon. Il compte beaucoup à ses yeux. Beaucoup plus qu’une fille. C’est comme ça chez nous. C’est La tradition » nous dévoile-t-elle. 

Arrivée en troisième, le père n’accepte pas qu’elle aille dans un lycée à Sarreguemines.


La soif d’apprendre


Hafida ne se décourage pas, elle veut continuer les études, et elle s’inscrit dans une école professionnelle,  mais le père s’y oppose, car c’est contraire à la Tradition et à l’esprit de l’islam. Soutenue par Soeur Sarah et l’accord tacite de sa mère, elle continue à fréquenter l’école et réussit ses examens. Un médecin de Bitche l’engage  pour l’accueil des patients et des tâches de gestion. Le salaire sera surtout employé pour  améliorer l’intérieur de l’appartement. 


Les « oubliés de l’histoire »


« La France a sauvé les Harkis,  les a logés généreusement, mais les avait oubliés,  car ils vivaient dans l’isolement et le silence. Nommée membre de la section du Conseil économique, social et environnement (CESE), j’ai rédigé une étude sur « La situation sociale des enfants de Harkis » qui a été votée, transmise au gouvernement, et adoptée par CESE en 2007. Elle est devenue loi le 25 février 2022. » affirme-t-elle. 

Cette fille de Harki a réussi grâce à sa persévérance  dans le  combat tranquille avec la « Tradition » de la famille et le pays d’adoption.


Joseph Antoine Sprunck


Sources:  

- Entretien avec l'auteure Hafida Chabi

- Le livre: Un combat tranquille de Hafida Chabi

- Hors série de la  "La Vie":1830-2022, France  Algérie"

Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’est   l’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland Quand Antoine, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche,   est mobilisé le 23 août 1939 au 23 ème   SIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans.  Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.   Il ne retournera avec sa famille   habiter   dans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, il   n’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite. Antoine avec ses deux chevaux dans la cour pavée devant l'écurie. René monte un cheval en 1939. La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq enfants, Yvonne 14 ans, René 13 ans, Marie-Thérèse 10 ans, Valérie 7 ans et Josep

Guerre d'Algérie: témoignage d'un ancien appelé du contingent de 1961-1963

Il y a 60 ans, je ne me promenais pas au Bitcherland, mais j’étais en Algérie avec 400 000 autres appelés pour combattre les Fellagas et l’OAS. C’était pour le maintien de l’ordre, mais en réalité c’était une guerre qui a duré 8 ans de 1954 à 1962. Elle a opposé l'armée française à des insurgés nationalistes algériens regroupés dans l'ALN (Armée de libération nationale) encadrée par le FLN (Front de libération nationale).  En Algérie, quatre départements français, les indigènes n’avaient pas les mêmes droits que les Européens. Comme l’injustice mène toujours à la révolte, la première commença à Sétif et à Souk-Arhas le 8 mai 1945, et  le 1er novembre 1954, tous les opposants  créent le FLN et commencent à commettre des attentats. En février 1956, les appelés partent pour l’Algérie pour le maintien de l’ordre. Le 19 mars 1962 à midi, c’est le cessez le feu, le 5 juillet 1962,  c’est l’indépendance suite au référendum. Et le service militaire est à nouveau ramené à 18 mois, et c’

La riche histoire d'Eschviller contée par Auguste Lauer

Auguste Lauer, membre fondateur de la Société d’histoire et d’archéologie de la section de Bitche, a enseigné en 1936 à Eschviller. Très intéressé par l’histoire locale, il a mené comme son collègue Paul Glad à Bousseviller, des recherches historiques sur Eschviller. Avant guerre, Auguste Lauer et son épouse, née Anne Schwartz, enseignaient dans les deux classes à Eschviller, annexe de Volmunster. Nous avons retrouvé un texte écrit en allemand très intéressant qui est une synthèse de nombreux documents connus en 1936. Il nous apprend mieux ce que les habitants d’Eschviller et de la région ont dû subir sous le joug des seigneurs, à cause des guerres et des invasions. Nous l’avons traduit en français pour vous faciliter la lecture. Les textes en italique ont été rajoutés par le traducteur pour une meilleure compréhension. L’histoire d’Eschviller et de sa région proche 1. L ’ âge de pierre Pour l’instant nous ne connaissons pas grand cho