Accéder au contenu principal

Le sentier des rochers sculptés à Lemberg

 L'arrivée des Celtes 


Au premier millénaire avant Jésus-Christ, les Celtes  sont arrivés du sud de l’actuelle Allemagne.  

Une civilisation assez florissante, cependant d’incessantes rivalités tribales ont fini  par les affaiblir.

Le Bitcherland vient de Bitche (Bitis Castrum, le château de Bitche) appartient à la cité des Médiomatriques  (Triboques en Alsace, frontière au  Breitenstein)




Seize rochers sculptés


16 Rochers existants sculptés de cette époque, dont 3 à Lemberg sur le territoire des Médiomatriques et des Trévires, essentiellement (Dabo, Niederbronn, Lemberg, Eppenbrunn, Pfalz, Wallerfangen, Klangen près de Diedenhofen jusqu’au Luxembourg et Trève)




Photo J.P. Petit


« Bumbhose Bronne »

Esthétique quasi hellénique


Sucellos, latinisé en Sucellus, est une divinité de la mythologie celtique gauloise. Sucellos était l'un des plus grands dieux celtiques gaulois, vêtu à la gauloise d'une longue blouse serrée à la taille et de braies collantes, parfois accompagné d'un chien.

Sucellos présente de forte similitudes avec le dieu germanique Thor plus qu’avec Sylvanus (dieu romain, tutélaire des forêts et genius loci,« génie du lieu »).


Source Saint Hubert





Canalisation de l'eau de la source qui se verse dans deux bassins prévus pour le lavement des pieds   

Déesse de la forêt et des sources. Dans la mythologie celtique, Nantosuelte, Nantosvelta ou Nantosuelta était une déesse de la forêt et des sources, de la nature, de la terre, du feu et de la fertilité (cf Bildmuhl). Nanto désigne en gaulois une vallée. Elle est souvent associée à Sucellus. (bas-relief de Sarrebourg datée également du 1er siècle)

Dreibirrental (Birren = pluriel de Burren, Brunnen)

« Dreibilderfelse »

Deux niches, typiques de ce type d’art. Une troisième ébauche et peut-être même une quatrième.

Alphabet runique datant du Ve siècle et symboles de christianisation

Autres lieux de culte christianisés :  S’Bild, (ex-voto monumental dans la forêt de Siersthal), Escherusche (heidnische Kultstätte), Heidenkopf (Païen, lien avec les manouches ?)

Avec diadème en métal précieux (trous)

Lieux de culte et de sacrifice aux dieux de la forêt et des sources : en extérieur ou en intérieur (Bildmuhl), les 2 types de cultes présents à Lemberg

Barbares, durant l'Antiquité :
– les peuples non gréco-romains,
– un membre des peuples migrateurs qui, sporadiquement depuis le IIIe siècle av. J.-C. (expansion celtique) jusqu’au XIIIe siècle (invasions mongoles/tatares), mais avec un pic du IVe siècle au VIIe siècle (période dite des « Invasions barbares »), ont cherché, venant d'outre-Rhin et d'outre-Danube ou d’Asie, les ressources et les terres dont ils ne disposaient plus dans leurs régions d’origine, soit pour des raisons climatiques et environnementales, soit en raison de leur croissance démographique, soit pour en avoir été évincés par d’autres peuples, soit par l'appât du gain ;

« Da sehen wir ein Stück unserer eigenen Entwickelung. Denn wie Fustel de Coulanges einmal sagte, die Vergangenheit stirbt nie völlig. Der Mensch jeder Epoche ist das Produkt, der Zusammenfassung aller früheren Zeiten ».


Texte transmis par Dominique Drouard 

Photos de Christian Freyburger et de Joseph Antoine Sprunck

Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’est l’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland ou l'Itinéraire d'un jeune  durant la guerre Quand Antoine Sprunck, cultivateur, âgé de 45 ans, père de 5 enfants, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche, est mobilisé le 23 août 1939 au 23 ème SIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans.      Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.  Il ne retournera avec sa famille habiter dans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, il n’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite.   Antoine avec ses deux chevaux dans la cour pavée devant l'écurie. Son fils René, âgé de 13 ans, monte un cheval en 1939. La mobilisation En 1939, Antoine est père d

Guerre d'Algérie: témoignage d'un ancien appelé du contingent de 1961-1963

En 1962, je ne me promenais pas au Bitcherland, mais j’étais en Algérie avec 400 000 autres appelés pour combattre les Fellaghas et l’OAS. C’était pour le maintien de l’ordre, mais en réalité c’était une guerre qui a duré 8 ans de 1954 à 1962. Le rêve d'une "décolonisation en douceur" Pourtant  Ferhat Abbas voulait une  décolonisation en douceur".  C'est pourquoi il  publie e n 1943,  le " Manifeste du peuple algérien ", qui réclame  l’égalité entre Musulmans et Européens, une réforme agraire, la reconnaissance de la langue arabe et une "République autonome" . Puis il jette l’éponge en 1951.   " Il n’y a plus d’autres solutions que les mitraillettes" , s’attrista-t-il. " Toute sa vie, Abbas aura rêvé d’une décolonisation en douceur" ,     écrit Charles-Robert Ageron dans   Genèse de l’Algérie algérienne  . Le maintien de l'ordre se transforme en guerre  Elle a opposé l'armée française à des insurgés nationalistes al

La riche histoire d'Eschviller contée par Auguste Lauer

Auguste Lauer , instituteur d'Eschvi ler membre fondateur de la Société d’histoire et d’archéologie de la section de Bitche, a enseigné en 1936 à Eschviller. L'école d'Eschviller avait deux salles de classe  Très intéressé par l’histoire locale, il a mené comme son collègue Paul Glad à Bousseviller, des recherches historiques sur Eschviller. Avant guerre, Auguste Lauer et son épouse, née Anne Schwartz, enseignaient dans les deux classes à Eschviller, annexe de Volmunster. Nous avons retrouvé un texte écrit en allemand très intéressant qui est une synthèse de nombreux documents connus en 1936. Il nous apprend mieux ce que les habitants d’Eschviller et de la région ont dû subir sous le joug des seigneurs, à cause des guerres et des invasions. Nous l’avons traduit en français pour vous faciliter la lecture. Les textes en italique ont été rajoutés par le traducteur pour une meilleure compréhension. L’histoire d’Eschviller et de sa