Accéder au contenu principal

A 13 ans, Lucien aide son père déporté à rouvrir une charronnerie en 1945

 

Joseph Schaff, charron à Ormersviller, a été expulsé par l’armée allemande  en novembre 1940  à Guébestroff près de Dieuze, comme  9 000 autres habitants du Bitcherland.  Il y dirigera une ferme. En relation avec le père Joseph Haller, curé de Kerprich près de Dieuze il a aidé avec une centaine de personnes  à passer clandestinement les prisonniers français et les insoumis en France de 1941 à 1943.   Le 26 décembre 1943, Joseph Schaff est arrêté à Metz par  la Gestapo. 


Interné au Fort de Queuleu


Le 1er janvier 1944, il est interné au Fort de Queuleu à Metz  « Quand mon père est arrivé au Fort de Queuleu, les geôliers lui ont bandé  les yeux, l’ont précipité   sous une douche glaciale et l’ont brossé vigoureusement pendant toute une heure. Il a  gardé le bandage mouillé pendant cinq semaines sans pouvoir le défaire une seule fois. Sous ce bandage, l’oeil gauche s’est infecté, et sa vision s’est affaiblie  fortement. Ensuite, il a été  conduit devant le sous-officier Georg Hempen, commandant  de la prison. Après son interrogatoire, il a  été méconnaissable en raison des nombreux coups   qu’il a  reçus.  Ensuite il  a dû s’asseoir tout droit sur un banc, pieds et mains liés, sans bouger, ni parler. Après quelques semaines, il sera  transféré  au Struthof puis au camp de concentration de Dachau.  Il a été libéré à Dachau le 29 avril 1945 par les Américains. 


Retour à Ormersviller


Vers la mi-juin,  il part à bicyclette avec  son fils Lucien 13 ans à Ormersviller  pour remettre l’atelier de charronnage en état. Comme la maison d’habitation a été rasée par les Allemands, ils  ont logé dans l’atelier. Joseph récupère la scie circulaire et le tour à bois chez son frère Alphonse de Petit-Réderching, et la raboteuse à Sarrebruck. Il achète un moteur diesel pour faire  tourner les machines, car l’électricité n’est  revenue que début 1947.

En décembre 1945,  le baraquement, destiné à la famille, est construit, il va chercher son épouse et ses deux filles. » nous a raconté Lucien. 


Lucien Schaff est né le19 décembre 1932 à Ormersviller



« Nous avions beaucoup de travail à la charronnerie, il fallait surtout réaliser les pièces des chariots que forgeron Joseph Behr devait ferrer pour les agriculteurs » a-t-il poursuivi.

 

Toujours actif à 90 ans


 Photos J.A.S.

Lucien  aime toujours travailler dans son atelier  dans son atelier


Malgré son grand âge,  Lucien est presque  tous les jours dans son atelier pour confectionner de petits meubles pour ses trois enfants, quatre petits enfants et quatre arrière-petits-enfants. 


Joseph Antoine Sprunck


Rédigé le 17 février 2023

Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’est   l’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland Quand Antoine Sprunck, cultivateur, âgé de 45 ans, père de 5 enfants, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche,   est mobilisé le 23 août 1939 au 23 ème   SIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans.  Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.   Il ne retournera avec sa famille   habiter   dans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, il   n’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite. Antoine avec ses deux chevaux dans la cour pavée devant l'écurie. Son fils René, âgé de 13 ans, monte un cheval en 1939. La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq e

Guerre d'Algérie: témoignage d'un ancien appelé du contingent de 1961-1963

En 1962, je ne me promenais pas au Bitcherland, mais j’étais en Algérie avec 400 000 autres appelés pour combattre les Fellaghas et l’OAS. C’était pour le maintien de l’ordre, mais en réalité c’était une guerre qui a duré 8 ans de 1954 à 1962. Le rêve d'une "décolonisation en douceur" Pourtant  Ferhat Abbas voulait une  décolonisation en douceur".  C'est pourquoi il  publie e n 1943,  le " Manifeste du peuple algérien ", qui réclame  l’égalité entre Musulmans et Européens, une réforme agraire, la reconnaissance de la langue arabe et une "République autonome" . Puis il jette l’éponge en 1951.   " Il n’y a plus d’autres solutions que les mitraillettes" , s’attrista-t-il. " Toute sa vie, Abbas aura rêvé d’une décolonisation en douceur" ,     écrit Charles-Robert Ageron dans   Genèse de l’Algérie algérienne  . Le maintien de l'ordre se transforme en guerre  Elle a opposé l'armée française à des insurgés nationalistes al

La riche histoire d'Eschviller contée par Auguste Lauer

Auguste Lauer, membre fondateur de la Société d’histoire et d’archéologie de la section de Bitche, a enseigné en 1936 à Eschviller. Très intéressé par l’histoire locale, il a mené comme son collègue Paul Glad à Bousseviller, des recherches historiques sur Eschviller. Avant guerre, Auguste Lauer et son épouse, née Anne Schwartz, enseignaient dans les deux classes à Eschviller, annexe de Volmunster. Nous avons retrouvé un texte écrit en allemand très intéressant qui est une synthèse de nombreux documents connus en 1936. Il nous apprend mieux ce que les habitants d’Eschviller et de la région ont dû subir sous le joug des seigneurs, à cause des guerres et des invasions. Nous l’avons traduit en français pour vous faciliter la lecture. Les textes en italique ont été rajoutés par le traducteur pour une meilleure compréhension. L’histoire d’Eschviller et de sa région proche 1. L ’ âge de pierre Pour l’instant nous ne connaissons pas grand cho