Accéder au contenu principal

Visite rapide dans les rues de Volmunster

 Souvent quand on visite un village, on commence par l'église, car son clocher se voit très bien de loin. 



L‘église Saint Pierre de Volmunster a été  reconstruite après la guerre vers  1957. Son clocher à 29 m de haut et la croix qui le surmonte mesure 3,5 m.

 



La mosaïque représente Saint Pierre, patron de l'église ainsi que Saint Bernard de l'abbaye de Sturzelbronn  et Saint Firmin de Hornbach qui ont prêché au Bitcherland.



Dans le choeur est accroché une belle tapisserie réalisée au point Gobelin par quinze dames de Volmunster. Elle raconte la vie de Saint Pierre.


En prenant  la direction du centre village, à votre droite, sur le mur d'enceinte est fixé un mémorial



qui rappelle le sort des habitants de Volmunster durant la guerre 1939/1945.


Volmunster est sinistré




Maisons et église de Volmunster  détruites




Les habitants  de Volmunster ont été évacués à Sigogne en Charente en 1939, puis  expulsés en 1940 dans le Saulnois et la région messine. 

Ils ne reviendront au village qu'en 1946 et la plupart habiteront dans des  baraquements.




Après l'église, le monument aux morts des deux guerres a été élevé sur la place d'une ancienne maison.




 Emile Gentil, explorateur né à Volmunster   a découvert le lac Tchad en Afrique. Une ville  en Afrique porte son nom:Port Gentil. Ses Parents tenaient un café à l’endroit du monument. Ils ont quité Volmunster après le traité de paix du10 mars 1871 par lequel l'Alsace et la Moselle ont été annexées à l'Allemagne.



Son inauguration vers 1928




Le monument le 14 juillet 1945. Le buste avait été emmené en Charente, il reviendra le 1 er mai 1946 avec ceux qui sont restés à Sigogne durant toute la guerre.

En face du monument se trouve la Place la mairie  avec le bassin de la mémoire qui rappelle au passant




 qu’à Volmunster, il y avait avant la guerre quatre moulins à eau. Le mur en grès des Vosges nous rappelle que les
maisons  de  Volmunster   construites avec des moellons  des carrières de grès rose de Volmunster. On peut en voir une sur la route d’Eschviller à la sortie de Volmunster en passant dans la  rue du Hausberg.



Le mémorial du jumelage a été offert par la commune de Sigogne lors de la signature de la charte le 28 juin 1987. Il est fixé sur le pignon de la mairie.



L'école élémentaire  Adolphe Yvon, porte le nom d'un peintre, né à Eschviller qui a surtout réalisé    des tableaux de batailles.


En face de la Place de la mairie une vache et son chariot   ont été placés



dans le jardin de la Charente. Cela  fait penser  aux Volmunstérois qui sont partis
avec des chariots tirés par des vaches ou des chevaux pour l'évacuation en Charente le 1er septembre 1939  .

 



En prenant la direction de Weiskirch,  le château de Volmunster



Ce château de Volmunster a été construit par la famille de Bexon , seigneur de Volmunster, Ormersviller et Selven au 18ème siècle. Il a été rénové récemment par  le propriétaire  Max Wheeldon.


En allant vers Bitche, à droite il un y a un oratoire



qu'on appelle Bildgärtel.


Collection de photos de Joseph Antoine Sprunck





Posts les plus consultés de ce blog

Les épreuves subies pendant et après la guerre de 1939-1945 par une famille lorraine

C’est   l’histoire authentique d’une simple famille paysanne du Bitcherland Quand Antoine Sprunck, cultivateur, âgé de 45 ans, père de 5 enfants, habitant d’Ormersviller (Moselle), situé à la frontière sarroise, à 11 km au nord de Bitche,   est mobilisé le 23 août 1939 au 23 ème   SIM à Dieuze (Sud de la Moselle), il ne se doute pas qu’il ne pourra pas exploiter sa ferme d’une quinzaine de hectares pendant sept ans.  Il quitte Ormersviller avec le “Poschtauto” Jost, prend le train à Bitche, puis à Sarreguemines pour Dieuze, où il reviendra fin 1944 avec sa famille après une longue pérégrination.   Il ne retournera avec sa famille   habiter   dans son village natal que le 1er avril 1946. Après avoir déménagé huit fois, il   n’emménagera qu’en 1954 dans sa maison reconstruite. Antoine avec ses deux chevaux dans la cour pavée devant l'écurie. Son fils René, âgé de 13 ans, monte un cheval en 1939. La mobilisation En 1939, Antoine est père de cinq e

Guerre d'Algérie: témoignage d'un ancien appelé du contingent de 1961-1963

En 1962, je ne me promenais pas au Bitcherland, mais j’étais en Algérie avec 400 000 autres appelés pour combattre les Fellaghas et l’OAS. C’était pour le maintien de l’ordre, mais en réalité c’était une guerre qui a duré 8 ans de 1954 à 1962. Le rêve d'une "décolonisation en douceur" Pourtant  Ferhat Abbas voulait une  décolonisation en douceur".  C'est pourquoi il  publie e n 1943,  le " Manifeste du peuple algérien ", qui réclame  l’égalité entre Musulmans et Européens, une réforme agraire, la reconnaissance de la langue arabe et une "République autonome" . Puis il jette l’éponge en 1951.   " Il n’y a plus d’autres solutions que les mitraillettes" , s’attrista-t-il. " Toute sa vie, Abbas aura rêvé d’une décolonisation en douceur" ,     écrit Charles-Robert Ageron dans   Genèse de l’Algérie algérienne  . Le maintien de l'ordre se transforme en guerre  Elle a opposé l'armée française à des insurgés nationalistes al

La riche histoire d'Eschviller contée par Auguste Lauer

Auguste Lauer, membre fondateur de la Société d’histoire et d’archéologie de la section de Bitche, a enseigné en 1936 à Eschviller. Très intéressé par l’histoire locale, il a mené comme son collègue Paul Glad à Bousseviller, des recherches historiques sur Eschviller. Avant guerre, Auguste Lauer et son épouse, née Anne Schwartz, enseignaient dans les deux classes à Eschviller, annexe de Volmunster. Nous avons retrouvé un texte écrit en allemand très intéressant qui est une synthèse de nombreux documents connus en 1936. Il nous apprend mieux ce que les habitants d’Eschviller et de la région ont dû subir sous le joug des seigneurs, à cause des guerres et des invasions. Nous l’avons traduit en français pour vous faciliter la lecture. Les textes en italique ont été rajoutés par le traducteur pour une meilleure compréhension. L’histoire d’Eschviller et de sa région proche 1. L ’ âge de pierre Pour l’instant nous ne connaissons pas grand cho